Marsha Fisher: « New Ruins »

Marsha Fisher, une artiste basée à Minneapolis, a mis au point un ensemble de pistes ambiantes qui combinent des synthés modulaires avec des boucles de bandes de vieux prêches chrétiens et de musique de culte. Ces dernières sont si fortement traitées que leur source n’est pas apparente au départ. Le résultat est un ensemble de bourdons lo-fi et de voix déformées, respirantes et chatoyantes, avec des départs occasionnels en motifs d’éléments subtilement crépitants.

Ces quatre morceaux présentent des moments de tranquillité qui sont juxtaposés à une impression de malaise – pas vraiment d’horreur, mais une impression sinistre juste sous la surface. La transformation de sources religieuses en une telle dualité est peut-être le point que Fisher essaie de faire valoir. Mais même sans cette couche supplémentaire de considération, son art se distingue comme étant une collection inspirée de manipulations.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :