grandson: « Death Of An Optimist »

Selon Jordan Benjamin, le premier album de grandson est une juxtaposition. À la fois une « histoire d’origine » et une « nécrologie », c’est cette esthétique des deux côtés d’une pièce de monnaie qui domine Death of an Optimist à tout moment. 

Un disque qui parvient à faire la lumière sur les ombres ou à trouver une ombre lyrique dans l’optimisme le plus vif, il peut être audacieux et fanfaron à un moment donné (comme sur le disque « Dirty », un disque radiophonique qui a un rythme soutenu), puis en colère et direct à l’instant suivant (« Identity »). 

Mais surtout, ce n’est jamais ennuyeux. Il s’agit plutôt d’un rôle de meneur dans son propre cirque de fous ; un dialogue interne qui se déroule à cent à l’heure mais qui est d’un sens impeccable. Ne jamais rester immobile assez longtemps pour empêcher le monde autour de lui de tourner, c’est de la musique rock – mais pas telle que nous la connaissons.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :