Exsul: « Exsul »

La chose est peut être difficile à réaliser, à savoir associer l’éthique du death metal, qui cultive le morne et abjection, à l’impulsion esthétique du genre, qui consiste à créer des atmosphères àu cohabitentcorrosion et maturité opulente. La plupart des groupes mettent l’accent sur ce dernier élément, avec des excès sonores spectaculaires et des acrobaties verbales qui limitent beaucoup de chansons de death metal (« Spoils Vultured upon Sole Deletion» et « Baptized in Boiling Phlegm » sont deux des exemples récents préférés des critique, tirés respectivement de Haunter et de Of Feather and Bone). Mais la gafferie potentielle de ces singeries linguistiques peut susciter plus d’amusement que d’horreur. Exsul a écouté attentivement et a écrit avec soin un EP éponyme, le premier disque d’un groupe,composé de deux jeunes musiciens basés en Arizona. C’est un disque impressionnant, qui reflète le profond intérêt du death metal pour la répulsion et qui contient des chansons qui suscitent beaucoup de dégoût et peu, voire pas du tout, de rires. Les deux musiciens d’Exsul ont le don d’insuffler à leurs morceaux une peur dramatique. Le morceau éponyme d’ouverture commence par deux minutes de riffs grondants et désordonnés.

C’est relativement simpliste, mais la force des riffs est convaincante. Ils créent une ambiance. Au cours des minutes suivantes, le groupe alterne des épisodes de tourbillonnement et de bruit sourd avec des reprises de l’album doomy, sur lesquelles se superposent des rafales de guitare et des grognements lointains. Et ça marche !Le deuxième morceau, « Yersinia Pestis », commence sur une fausse piste (vous pouvez prendre ce jeu de mots implicite pour ce qu’il vaut) et maintient ce rythme haletant pendant plus de deux minutes. Le reste de la compostion se construit délibérément, à partir d’une guitare solitaire, à l’air de mauvais augure, jusqu’à des intensités de médium qui s’enchaînent. Le groupe prolonge habilement les riffs midtempo jusqu’à la fin de la chanson, refusant de jouer la convention de composition en livrant un crescendo à grande vitesse. Le résultat est une série d’impacts de dents et le sentiment d’une punition soutenue, plutôt qu’une catharsis à bon marché. 

Le nom du groupe et les titres des chansons d’Exsul témoignent d’un intérêt pour la littérature latine et la culture de l’Ancien Monde. La chute de l’Eden (exsul est le terme latin pour paria, ou exil), la peste de Justinien et l’Enfer de Dante sont évoqués ou mentionnés dans les chansons. Ce ne sont pas des points de référence tout à fait originaux dans le death metal, mais ils tendent vers la fin capiteuse de son continuum symbolique. Les sourcils hauts sont compensés par l’adoption par les membres du groupe de noms de scène censés susciter l’effroie et un énergumène qui joue des cordes se fait appeler Charon, le batteur se fait appeler Phlegyas. Mais ces gestes comportent aussi des références au monde classique. Charon et Phlegyas sont tous deux des figures liminaires, Charon le passeur qui guide les âmes à travers le Styx, Phlegyas un autre psychopompe, un peu moins important, du mythe ancien. Même quand Exsul fait quelque chose de stupide, ils laissent entendre qu’ils sont sérieux. Leur musique frappe certainement certaines postures sinistres et gravides, et le résultat est un premier disque solide de death metal macabre, redoutable et funeste.

***/12

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :