Domicile: « Helios »

Il est juste de dire qu’au cours de l’année écoulée, la plupart d’entre nous ont passé plus de temps que jamais à l’intérieur de leur maison. Beaucoup n’ont pu qu’aceptecette l’adaptation de plus ou moins plein gré, mais cela a tout de même été un changement profond à bien des égards. Plus à rentrer tard avec le cerveau qui ronronne après une journée pleine d’interactions extérieures, plus de temps pour remarquer les sons des oiseaux qui chantent à la fenêtre de la cuisine le matin et le vacarme du matériel de chantier et des camions de livraison l’après-midi. Et il y a plus de temps pour remarquer la façon dont la lumière changeante modifie l’atmosphère d’une pièce tout au long de la journée.

Le compositeur Keith Kenniff, qui mène une vie tranquille autour de sa famille et de sa musique et qui travaille à la maison depuis de nombreuses années, a traité cette expérience de manière suffisamment approfondie pour pouvoir l’exprimer en termes musicaux.

Son dernier album, Helios, s’inscrit dans l’esprit de l’œuvre ambient de Brian Eno, Music For Airports, transposée dans un contexte national. Alors que le travail d’Eno était destiné à induire le calme et un espace pour penser dans un cadre animé, Domicile est conçu pour l’espace sûr de la maison et conçu pour colorer doucement la journée ou accompagner une activité.

Les couleurs chaudes et terreuses et l’architecture ouverte de la couverture de Matthew Woodson donnent le ton avant même qu’une note ne soit jouée. C’est une image invitante qui rayonne l’ordre, l’harmonie et la tranquillité domestique, un sentiment qui est renforcé lorsque la musique calme de Kenniff se présente. Des sons d’orgue sombres se gonflent, ondulent et se déploient lentement comme pour signaler à l’auditeur qu’il franchit le seuil d’un sanctuaire. Un par un, les morceaux restants se déploient patiemment avec des nuances de lumière et de couleur variées. Discrètes et déstructurées, elles sont des distillations abstraites de l’essence de la maison et des petites choses qui nourrissent notre sentiment de bien-être – la lumière qui passe par une fenêtre pour projeter des ombres sur le sol ou le doux sourire d’un être cher à l’autre bout de la pièce, ou simplement un moment de paisible réflexion. Il n’y a pas de récit ici, et ce n’est pas non plus l’intention. Juste le sentiment que nous sommes là où nous devrions être et que tout va bien se passer, et ce n’est pas négligeable.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :