Luke De-Sciscio: « Sublime »

L’auteur-compositeur-interprète folk Luke De-Sciscio conclut un trio de sorties en 2020 avec son nouvel album, Sublime, un opus qui est le troisième volet de sa trilogie Folk-Boy qui lui a pemis de s’imposer sur la scène folk britannique. Le premier album, Good Bye Folk Boy, a vu De-Sciscio peindre des chansons sur des tons chauds, intimes et rapprochés. Le deuxième, Eucharist, était méditatif, et les chansons délicatement réverbées planaient dans l’air comme si elles flottaient au-dessus d’un champ ouvert. Enfin, Sublime est la fin parfaite. En s’élevant vers le ciel à chaque projet, l’opus nous donne l’impression de voler sous un soleil blanc et lumineux. 

Avec le titre d’ouverture qu’est « Casuals », nous avons droit à une guitare acoustique minutieusement choisie, accompagnée par les mélodies vocales de De-Sciscio, une introduction parfaite pour nous faire savoir ce qui nous attend en cours de route. 

« 40 Days » nous donne ainsi l’impression de dériver dans des paysages de rêve, étant donné l’imagerie de la nature dans les paroles : le désert, l’eau et les ruisseaux. Ironiquement, l’un des vers en est à cet égard « Regurgitate like a catchy song » (Régurgiter comme une chanson accrocheuse)qui est l’une des compositions les plus instanténées que De-Sciscio ait mises à jour, avec sa jtr!s olie mélodie classique de baladin auteur-compositeur.

Dans « Dream State », le chanteur s’élève progressivement dans son registre supérieur, ce qui ajoute au sentiment d’ascension qu’offre cet album. Mais cela ne s’arrête pas là. Le morceau qui suit, « I Gave You All My Love », montre que De-Sciscio atteint des sommets vocaux que peu d’artistes masculins oseraient tenter. Il se lance dans cette aventure en toute confiance, et cela paie. C’est le morceau le plus percutant, qui parle essentiellement de la passion pure que l’on déverse dans une personne que l’on aime. 

Certains des plus beaux moments sont ceux où un morceau commence ou se termine, et où l’on entend le va-et-vient entre De-Sciscio et une fille dans la même pièce. La fin de « My Love Abounds » est un segment où il plaisante en disant qu’il a raté l’enregistrement ou qu’il a complètement oublié de le faire. En ouverture de la dernière chanson, il met une voix amusante et dit « Tu es folle, ma fille ». Au milieu d’un album rempli de morceaux qui ressemblent à l’ascension, au ciel et à la lumière, ce sont ces moments (et les démonstrations d’humanité souvent puissamment crues dans la voix) qui fondent le projet. 

Sublime nous montre que deux choses peuvent être vraies : l’amour est à la fois le sentiment le plus envoûtant, et pourtant le plus humble et le plus honnête aussi. N’oubliez pas de jeter un coup d’œil à cet album, qui est l’un des meilleurs projets d’auteur-compositeur-interprète que nous ayons entendus toute l’année.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :