Richard Skelton: « These Charms May Be Sung Over a Wound »

Il est difficile de résumer la production de Richard Skelton, qui est si importante, mais il pourrait être utile de le considérer comme un compositeur qui s’est souvent préoccupé des instruments à cordes, qu’ils soient à archet ou à frettes. Ici, cependant, il a quelque peu changé de cap et la majeure partie de cette nouvelle œuvre est construite autour d’ondes sinusoïdales et carrées. Et il a la sensation distincte du numérique. C’est intéressant compte tenu de son intérêt pour le monde naturel, la décroissance et la géologie (dans ce cas, nous sommes aux frontières de l’Écosse). Et apparemment, le titre de l’album et les titres des morceaux sont des traductions de l’anglo-saxon « Leechdoms », ce qui fait que les morceaux ici sont littéralement des charmes pour soigner les maladies ou les blessures.

Ce qu’on trouve immédiatement captivant ici, c’est le thème permanent de la dégradation. Les morceaux se jouent à travers le développement d’accords étendus qui glissent rapidement de la pureté cristalline à un bruit large, sombre, déformé, presque industriel, qui flirte gracieusement avec l’atonalité et la dissonance. Cela dit, il y a ici une sensibilité harmonique riche et définie, et le fond d’accord changeant commence souvent à former un contour mélodique opaque.

L’harmonique est soigneusement équilibrée avec le timbre et les couches de statique, de distorsion et d’harmoniques qui présentent à l’auditeur le beau paradoxe de l’abondance au sein d’un espace apparemment vide. Ces pièces ressemblent à des paysages à part entière. Écoutez « Against All Tendernesses Of The Eyes » pour voir ce que cela peut signifier. C’est monolithique dans sa stature, c’est un peu comme entendre le chant interne d’un bouchon volcanique.

Qui aime les drones apprécierie la façon qu’a Skelton de les utiliser. La vraie magie des drones est, en effet la quantité d’informations sonores qui les entourent. Une note bien placée peut complètement modifier les hiérarchies d’accords, changer de tonalité ou nous faire passer de la lumière à l’obscurité sans qu’il soit nécessaire de recourir à d’autres instruments. Sans mètre. Sans aucun changement de volume ou de vitesse. Pour composer de cette façon, il faut non seulement de l’habileté, mais aussi du goût. Cet album est rempli d’intervalles placés avec goût et de changements non pressés qui se déplacent à l’oreille, glaciaux et audacieux. Mais tout n’est pas comme ça.  « For the Application of Fire » est, à cet égard, un exercice de peur tendue et viscéraale qu’on porra adorer. C’est un peu comme une partition de John Carpenter avec tout le kitsch enlevé et remplacé par une violence plus naturelle. Lorsqu’on l’entend à plein volume, c’est tout sauf accablant. Le morceau suivant, « For an Inward Wound », ne fera rien, d’ailleurs, pour atténuer la tension.

Cet albumest présenté comme une « sombre obscurité », maiil n’en est rien. Il est trop lumineux, anguleux et strident pour qu ‘on puisse le considérer comme sombre. Bien sûr, il y a peut-être de la brume qui passe sur le paysage, mais c’est un paysage d’une physicalité robuste. Il y a des bords nets et des choses qui devraient peut-être rester invisibles (ou non entendues) sont présentes sans aucune excuse. Les auditeurs qui sont moins enthousiastes à l’égard des incursions occasionnelles de Skelton dans le classicisme reconnaissable se réjouiront de ce disque, j’en suis sûr. Une collection de sons tendue, parfois difficile, mais captivante, et, à ce propos on sera tenu à considérer ce disque comme une sorte de nécromancie de la terre, une nécromancie avec laquelle il sera de bon ton de passer de longs moments.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :