Chamber: « Cost Of Sacrifice »

Sur le premier album de ce groupe basé à Nashville, Chamber ouvre un portail vers un autre monde, aspirant l’auditeur au plus profond de son âme. Des guitares hurlantes et des remplissages classiques de circle pit drum aux voix obsédantes et aux sous-entendus macabres, cet album n’est pas pour les faibles de cœur. Cependant, si System of a Down et Blessthefall avaient un bébé, Cost of Sacrificeen serait le magnifique faisceau de joie ; une fusion du son abrupt mais puissant de System of a Down mélangé aux racines hardcore d eBlessthefall. Heureusement, Chamber passe à la vitesse supérieure et ajoute sa propre version du metalcore, ce qui donne un album qui repousse les limites du genre.

Les dix chansons rendent hommage aux débuts du metalcore et provoquent chez eux une vague de nostalgie, rappelant à tous que la scène ne va nulle part. Les quatre « singles », « Scars in Complex Patterns », « In Cleansing Fire », « Visions of Hostility » et « Numb (Transfuse) » ne sont qu’un aperçu des possibilités de l’album. Les fondements classiques du hardcore et la créativité progressive ne sont que la partie visible de l’iceberg. Des chansons telles que « Fracture », « Paranoia Bleeds » et « Cost of Sacrifice » présentent des riffs de guitare spectaculaires et criards, des remplissages de batterie impeccables et des pannes atomiques, ouvrant un peu plus les yeux de l’auditeur.

Dans « Fracture », le morceau d’introduction, l’auditeur se retrouve embarqué dans un voyage metalcore avec une intro lente qui explose dans la double force de la guitare Chamber. Le troisième morceau, « Paranoia Bleeds », est un paysage sonore dystopique avec des voix de l’époque d’Awakening-Beinshefall et des guitares perçantes en cascade. « Numb (Transfuse) », brille par un breakdown exceptionnel qui semble couvrir la moitié du morceau, combiné avec des remplissages de batterie classiques qui ouvriraient une fosse circulaire à n’importe quel spectacle.

Les chansons qui poussent les murs du metalcore sont les titres phares « Impulse » et « Disassemble Reassemble ». « Impulse » teste les limites avec des riffs forts et dissonants et une guitare en écho, le tout associé à un panache métallique de grande puissance. « Disassemble Reassemble » introduit des influences industrielles tout en dégageant la musique du thème de l’histoire de l’horreur américaine, ce qui donne un paysage sonore obsédant créé par des riffs de guitare troublants. Ce morceau produit un son légèrement différent du reste de l’album avec une surcharge presque sensorielle qui conduit à la deuxième rupture. Les deux morceaux comportent des enregistrements parlés à la fin qui donnent vraiment l’ambiance générale de l’album. 

Le premier disque de Chamber pousse tous les bons boutons et sort à une époque où la communauté musicale avait désespérément besoin de quelque chose de réconfortant. En tant que genre, le metalcore est le plus résistant de la scène et il est agréable de voir les nouveaux venus faire leur marque. La musique live sera de retour, le plus tôt sera le mieux, et Chamber s’apprête à être à l’avant-garde de ce renouveau. Cost of Sacrifice prouve qu’ils connaissent le genre et qu’ils sont capables de repousser les limites de manière vraiment étonnante et qu’ils sont prêts à être à l’avant-garde su revival post-hardcore.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :