Hannah Grace: « Remedy »

Hannah Grace nous accueille de manière éblouissante sur ce « debut album », Remedy un opus composé d’une impressionnante collection de « singles » et de morceaux originaux qui ont déjà été rodés en concert.

Venue du Pays de Galles, Grace est une chanteuse et compositrice qui, non contente d’être charmante, possède un je ne sais quoi de très spécial.

Remedy est, en effet, une joyeuse concoction qui s’illumine de jour en jour d’autant que cela fait plusieurs années que la jeune galloise évolue dans l’industrie musicale. En fait, vu l’état actuel du monde, il parait même indispensable d’avoir quelque chose qui vous apporte de la joie. Ainsi, le disque s’est ouvert sur quelque chose de tout nouveau, « Healing Hands », une belle ballade au piano qui touchait l’âme. Les magnifiques sonorités de Grace sont une bouffée d’air frais, avec des mots avaient été parfaitement écrits sur une mélodie apaisante, le tout donnant z »naissance à un joyau de sérénité. Bien que ce morceau traite de la douleur du cœur, il y a une heureuse résolution alors que Grace réalise sa propre valeur et le fait que quelque chose de beau va lui arriver. Si on devait décrire « Feels Like Home » en un mot, ce serait édifiant. Il s’agit d’une ballade qui réchauffe le cœur dont la prestation vocale frise la perfection. Ses voix enchanteresses sont d’une grande douceur, tandis que la mélodie pure a des relents de gospel. Les paroles décrivent l’appel à un endroit inconnu où l’on se sent chez soi : « Je me sens chez moi, je reviens vers toi/ Une maison que je ne savais même pas que j’avais/ Si familière mais toute neuve/ Je me sens si bien, oh bébé, je l’ai mal » (Feels like home, coming back to you/ A home I never even knew I had/ So familiar but brand new/ Feel so good, oh babe, I’ve got it bad) . Ensuite, vous avez « Different Kind Of Love » qui est une tranche de bonheur à l’état pur. La voix vibrante de Grace est rafraîchissante et ce contenu parfaitement écrit nous fait sourire avec émtion et bénévolence du début à la fin. Bien qu’elle partage un autre type d’amour, la femme mentionnée dans ce titre montre que les opposés s’attirent dans la mesure où la narratrice elle ferait tout pour garder son partenaire près d’elle. SE fera ensuite un double dosage de nouveaux originaux, le premier étant « Break The Pattern », une composition addictive et optimiste. Tout, dans ce morceau, est indiscutablement parfait, la voix vibrante de Grace apportant bouffée d’air frais tandis que les paroles se concentrent sans fausse pudeur sur une relation fracturée. Cependant, au lieu de jeter l’éponge, Hannah se bat pour ce qu’elle veut et obtient finalement la fin heureuse qu’elle recherche. Here We Are Now était une pure épopée qui m’a complètement immergé du début à la fin. J’ai tout adoré sur ce titre, la prestation était délicieuse tandis que le contenu lyrique m’a remonté le moral. En fait, ces paroles aident Grace se mettre en avant et vivre le moment présent : « Je veux juste vivre le moment présent / Sous la surface / Je me suis promis d’être courageuse / Pour la première fois, je n’ai pas besoin d’une personne / Pour me débarrasser de tous mes soucis » (I just wanna live in the moment/ Under the surface/ I promised myself I’d be brave/ For the first time I need no one/ To wash all my troubles away). Écrit aux côtés de Martin Luke Brown, « The Bed You Made est, lui aussi, un morceau phénoménal en matière de magnificence. La voix de Grace se montre d’une grande richesse, les paroles sont incroyablement claires et, dous avons ici un morceau qui respire et conjugue les plus belles vibrations du folk. Normis cela, « The Bed You Made » navigue dans une tristesse inconmensurable puisque Grace y fait le récit de comment elle a trompée par un ex. Elle est, à ce titre, toujours en train d’embrasser cette nouvelle vie de célibataire, car elle a réalisé qu’elle était heureuse toute seule. Avec « You », une autre belle ballade, les parolessont bien écrites, élégantes avec ce souffle qui permet de prendre ces tons vocaux émouvants à même de nous faire frissonner. Nous avons ainsi aussi cette merveilleuse mélodie composée de deux cordes, de cors et d’un piano qui lui donne ce côté jazzy et envoûtant, un titre enchanteur et un refrain qui frappe juste et fort : « Je tiendrai bon, aussi longtemps que tu le voudras/ Suis-moi partout où tu en auras besoin/ Je traverserai tout ce que tu traverses/ Je suis avec toi, je suis avec toi, je suis avec toi » (’ll hold on, as long as you want me to/ Follow wherever you need me to/ I’ll go through whatever you’re going through/ I’m with you, I’m with you, I’m with you). À présent, l »Waster Love » peut , en toute liberté, donner des frissons avec ses deux tonalités/ cordesqui créent créé une ballade atmosphérique, et une prestation vocalequi coupe le souffle tandis que le contenu irrésistible réchauffe le cœur. Même si ce mal de cœur fait un mal de chien, ces mots réconfortants peuvent facilement guérir ce qui a été brisé. « Blue » sera ainsi une tranche de pop mélancolique qui fera des merveilles, avec sa mélodie enjouée et es paroles contagieuses issues d’une voix pétillante. Ces mots parfaitement écrits font imaginer et presque vivre le poids de ce qu’est une relation défaillante et la tentative de repousser l’inévitable parce que tomber dans la dépression n’est pas une option : « Quelque chose me dit que je vais rester debout toute la nuit/ Je ne veux pas perdre un moment avec toi/ Prends-moi dans tes bras, ne me laisse pas partir/ Je ne veux pas sentirle bleu à l’âme» (Something tells me I’ll be up all night/ Don’t wanna waste a moment with you/ Hold me, don’t you let me go/ I just don’t wanna feel Blue). Plus près, il y aura de la pop pure et le résultat fin en sera quelque chose d’extrêmement édifiant/ hypnotique. En plus d’une mélodie majestueuse, vous vous nourrissez alors de paroles qui réchauffent le coeur étoffées qu’elles sont par la voix vibrante de Grace qui surgit comme une énième mais bienvenue bouffée d’air frais.

Cette chanson est alléchante et elle aura pour fonction de faire sourire du début à la fin. « Closer » racontera, elle, essentiellement l’histoire d’un amour avec cette personne spéciale qui fera battre votre cœur à tout rompre. Ce magnifique numéro écrit avec Martin Luke Brown, ces vers dégagera une a chaleur bienvenue alors que le refrain nous laissera des légendaires papillons dans le ventre. « Missing The Show » pourra alors traiter des affaires de coeur et, en fait ce sera une montagne russe émotionnelle qui se focalise à nouveau sur une relation qui ne va nulle part. En gros, la vocaliste aime vraiment cson partenaire, elle fait tous ces efforts mais elle n’obtient rien en retour. « Tout cet amour, tout ça pour rien ? / J’ai ce ticket d’or, mais j’ai l’impression qu’on rate le spectacle / J’en ai marre de pleurer, j’en ai fini avec les essais / Mais je n’ai pas envie de te laisser partir, de te laisser partir / Je n’ai pas envie de te laisser partir, de te laisser partir » (Was all this loving, all for nothing?/ Got that golden ticket, but it feels like we’re missing the show/ I’m sick of crying, I’m done with trying/ But I don’t feel like letting you go, like letting you go/ I don’t feel like letting you go, like letting you go). Sentiments sont si fort qu’elle n’est pas prête à jeter l’éponge et à accepter que c’est fini. « How True Is Your Love » est, à cet égard, magique, sur un registre la fois frais et funky, et cette touche disco qui apporte un plus essential. Tout dans ce morceau est impeccable, la mélodie est oyeuse, les vocaux rquasiment désaltérants alors que le contenu captivant tel qu’il est la voit dans sa quête du véritable amour : « J’y pense tout le temps/ L’amour est-il fort ou calme/ Le saurai-je quand il viendra/ L’entendrai-je/ Ou même reconnaîtrai-je le son » (I think about it all the time/ Is love loud or is it quiet/ Will I know it when comes around/ Will I hear it/ Or even recognise the sound”). Ensuite, l’heure sera venue pour un « Bring Me Home » enchanteur ; parfaitement écrit, ce titre engageant est une tendre ballade témoignant du mal du pays : « Ramène-moi à la maisosn/ Mon ancienne âme est si basse / Non, elle ne peut pas grandir toute seule / Ramène-moi à la maison » (Bring me home/ My old soul feels so low/ No, it can’t grow on its own/ Bring me home). C’était un morceau impeccable délivré à la perfection, avc ces belles sonorités d’une élégance soul et ces mots impeccables qui sauront faire, à la fois, mal au cœur et le cicatriser. « Live Like Love » saura être cet hymne majestueux que Grace saura faire passer avec force, avec sa voix rayonnant d’une incroyable richesse tandis que son contenu nous captivera en nous dépaignant une histoire pourtant toute simple, claire et nette, celle de meilleurs amis décidant de risquer leur amitié et de devenir objets. Les choses se termineront par une reprise de Fatboy Slim, « Praise You » ; une ballade au piano obsédante que Grace maîtrise entièrement grâce à un phrasé croustillant et séduisant capable de nous faire dresser les cheveux sur la nuque.

Si vous voulez être présenté à un talent aussi pur et sans effort avec des chansons qui transportent le monde hors de notre temps, alors Hannah Grace et son Remedy seront définitivement une antidote au mal-être qu’il conviendra de saluer et savourer.

****1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :