The Nels Cline Singers: « Share the Wealth »

La guitare acoustique, en tempo 4/4 quelque peu décaleé, niche un saxophone qui gémit pensivement. Au loin, le jingle-jangle des percussions fortuites fournit une sorte de cadre sonore, les mesures étant maintenues en ordre et à leur place respective. Et, environ deux minutes plus tard, un couplet acoustique choisi avec les doigts démurge et les auditeurs sont accueillis par un petit solo de guitare acoustique jazzy, presque andalou, qui se balade. C’est clairement l’œuvre d’un maître, mais qui ne se délecte pas de l’apparat et des circonstances. Au contraire, le solo n’est qu’un bref répit avant que la résolution et le chant ne reviennent à une coda, le mélange de la guitare acoustique et du saxophone devenant de plus en plus mélancolique à mesure que le LP se ferme et que le rideau se tire.

La chanson est « Passed Down », tirée de Share the Wealth, le nouvel album des Nels Cline Singers.C’est un disque discret, comme le classique « Caved-In Heart Blues », aussi emphatique sur son côté court que discret sur son côté éclair, et un rappel des œuvres de Cline comme le Coward de 2009, une collection solo inhabituelle, voire obtuse, qui est parfois difficile à apprécier mais qui reste néanmoins aimée. Elle est loin d’être emblématique de l’œuvre plus vaste. On pourrait même dire que c’est un peu un départ. Sur le nouveau LP, Cline continue de mener son ensemble à travers un carnaval plein de sons et de genres à long terme – s’il y a une chose cohérente dans le groupe, c’est le désir d’être ingéré de façon incohérente. En attendant, la grandeur structurelle ou compositionnelle du LP reste en question. Oui, oui, le disque dure environ 80 minutes et deux compositions dépassent les 15 minutes, mais les chansons longues ne sont pas toujours synonymes d’opus. Cline offre ici de belles couleurs, mais certains ou la plupart des meilleurs moments du disque sont des détails intermédiaires peu caractéristiques, et non pas la ruée vers une historiographie façon Blue Note audacieuse.

Certains critiques sont susceptibles de s’accrocher à des œuvres qui définissent le répertoire, comme « Stump the Panel », qui est, en effet, riche et mûr de par sa bravoure musicale. On peut penser pensons d’ailleurs qu’il est loin d’être le meilleur morceau du disque. Dans le meilleur des cas, on a l’impression que le travail de Cline avec Wilco est une référence à un « Djed » très découpé, des points de référence qui devraient susciter le plaisir. « Stump the Panel » peut sembler être le summum de la nervosité, mais ce sont les petits détails ailleurs qui volent la scène : le pivot autour de la harpe à bouche et de ce qui pourrait être un didgeridoo sur les maximalismes de Frisell et le jeu de six cordes et de saxophone du titred’ouerture « Segunda », les gémissements clairsemés et convenablement lunaires du saxophone sur « A Place On the Moon », la merveilleuse dérive sonore et la résolution de basse/batterie/électronique de « Headdres », ou le l’humeur de minuit qu’est « Nightstand ».

Cependant, alors que personne ne regardait, entre toute cette grandiosité, Cline s’est glissé dans « Beam/Spiral », qui pourrait être le morceau le plus performant et le plus chaud du disque, deux mesures souvent importantes quand on travaille avec des musiciens qui frôlent la différence entre la construction du jazz et l’expérimentation du jam-band. « Beam/Spiral » commence de manière assez conventionnelle, avec des lamentations, celles du saxophone ténor de Skerik, toujours aussi attachant. En deux minutes et demie environ, Cline déploie une petite gamme dissonante qui porte fièrement son manteau post-rock. En quatre minutes, la guitare a cédé la place – plus exactement, s’est transformée en – à un morceau d’eau qui se détache et le groupe en fait un excellent foin. Le plus grand creproche que nous ayons entendue à propos des Cline Singers dans le passé était une critique familière aux groupes de jam : ils sont masturbatoires, sans avoir assez de shots d’argent. Eh bien, la dernière partie de « Beam/Spiral » est un grand crescendo, avec divers instruments qui se mettent en avant dans les rôles principaux. La guitare de Cline est effervescente et scandaleusement atypique. Pour un musicien qui travaille bien avec précision, Cline et le morceau se délectent de l’abandon. C’est passionnant à entendre.

Le verdict est sorti sur l’ensemble du disque, en ce qui concerne sa place dans le canon de Cline qui, selon la rumeur, a dépassé la barre des 150 LP. Share the Wealth partage clairement ses merveilles ; comme il s’agit des Nels Cline Singers, il y a une richesse musicale à faire circuler. La question de savoir si elle est à la hauteur des classiques ou si elle sera même mentionnée un jour dans le même souffle que le travail de Cline avec Wilco est un débat de longue date. Une chose est sûre : le groupe a certainement mis le doigt sur les détails ici. Les gens du label Blue Note qui s’occupent de la recherche et du développement de leur catalogue doivent et peuvent avoir le sourire aux lèvres.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :