Strawberry Pills: « Murder to a Beat »

Strawberry Pills est un projet grec assez intéressant ; du moins chez ceux qui ont un faible pour la vague noire des années 1980 mâtinée de son électro. Après un premier signe de vie sous la forme du « single » « Verbal Suicide », ses deuxm »mbres ont maintenant sorti leur premier longplayer Murder To A Beat, à la fois physiquement sur vinyle et bien sûr sous forme purement numérique.

L’album de 27 minutes est plutôt court ce qui lui permet de garantirun effet immédiat. s l’ouverture « The Voyeur » détermine l’image globale qui domine l’album, les beats électroniques de LoFi avec des sons de synthé et la voix de fistule féminine de Valisia Odell avec un accent grec plus que clair. Cela a du caractère et donne à la musique une touche intéressante.

Le déjà mentionné « Verbal Suicide » ait comment étayer la mélodie avec ses sons ondulés de guitare et de synthétiseur, procurant un climat engageant malgré son humeur sombre.  « Enter The Void » suit, avec un rythme ainsi quun accompagnement de synthétiseur porté par une très belle figure de guitare. Ici aussi, les années 1980 frappent à la porte à chaque seconde et Murder To A Beatoffrira une atmopshère ondoyante dans le meilleur sens du terme tout en transportant de manière instrumentale le caractère de dark electro.

Sur le plan thématique, ils font référence à Agatha Christie, et »Porcelain Face » traitera d’une femme fatale, ce qui s’intègre parfaitement au genre de « film noir » correspondante ux exigences artistiques de Murder To A Beat. Le chant de Valisia Odell, parfois sec et sans émotion, évoque des souvenirs de Toyah et souligne le souci du détail avec lequel Strawberry Pills étaye son hommage aux années 1980. Les sons froids comme ceux d’un ordinateur 8 bits en font aussi partie,tout comme une fantastique guitare qui ramène l’auditeur dans le monde de la new-wave. Avec « Set To Rise Again », Murder To A Beatse terminera trop tôt sur des beats secs de boîtes à rythme st des synthés semblent à la fois futuristes et rétrospectives.

Strawberry Pills a fait des débuts très intéressants avec Murder To A Beat. Citant constamment le Dark / New Wave des années 1980, l’album est thématiquement morbide avec des abîmes interpersonnels sous la forme d’un cinéma d’art et d’essai. Il fadra s’habituer à la voix au début, mais elle s’intègrera parfaitement à l’ambiance générale avecses beats lo-fiet les surfaces sphériques de synthés. Un voyage court mais authentique dans la vague sombre et profonde de nos sous-sols.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :