Katt Hernandez & John Andrew Wilhite-Hannisdal: « Bei-spiel Kartografi »

Deux expatriés américains – le violoniste Katt Hernandez, basé à Stockholm, et le contrebassiste John Andrew Wilhite-Hannisdal, basé à Oslo – proposent une nouvelle méthode pour cartographier leurs univers musicaux. Hernandez et Wilhite-Hannisdal suggèrent un nouveau village global courageux – si l’on emprunte le terme inventé par le défunt maître de la contrebasse Peter Kowald, un monde au potentiel et à l’allégorie considérables, plein de terres imaginaires, de peuples et de traditions musicales.

Hernandez et Wilhite-Hannisdal refusent tous deux d’être enfermés dans des genres ou des convictions musicales distincts. Hernandez est un étudiant du système microtonal de Joe Maneri, a joué du Rembetica, de l’Americana, du punk, du soufi, du klezmer, de la musique anatolienne, du psychisme, du classique et du jazz, et est membre de la récente incarnation de Mats Gustafsson’s Fire ! de Mats Gustafsson. Wilhite-Hannisdal est l’élève du grand contrebassiste Reggie Workman et est venu en Norvège pour travailler avec un autre grand contrebassiste, Håkon Thelin, membre de l’ensemble Andreas Røysum. Il travaille avec des matériaux aussi divers que des sons de morue et d’échecs, et a été chargé d’écrire pour l’opéra national norvégien. Bei-spiel Kartografi a été enregistré à Oslo en juillet 2018 et est sorti en édition limitée de 100 disques vinyles – chacun avec une pochette unique faite à la main par l’artiste Erik Ruin, basé à Philadelphie, ainsi qu’en numérique.

Hernandez et Wilhite-Hannisdal créent sur Bei-spiel Kartografi un univers musical inclusif et insaisissable qui se réfère à des passés fictifs ou à des futurs potentiels et qui fait des allers et retours entre des recherches libres et des recherches structurées de musique de chambre, ou entre des traditions musicales anciennes et des techniques innovantes d’archet étendues. Dans le même esprit, les titres des six pièces brouillent la distinction entre les lieux historiques et fictifs, s’inscrivant ainsi dans une carte alternative. Ces pièces sont conversationnelles et mettent l’accent sur une interaction étroite et curieuse, semblable à une danse. Hernandez est un véritable esprit libre, colorant chaque morceau de ses réflexions imaginatives et libres, souvent en tordant des éléments de la musique folklorique irlandaise de l’héritage des violons Hardanger norvégiens. Wilhite-Hannisdal ancre habilement ces envolées spectaculaires dans des récits cohérents et dramatiques, avec une élégance saisissante.

Hernandez et Wilhite-Hannisdal disent que leur travail est « centré sur ce qui aurait peut-être pu être dans un monde de géographies troublées ». Mais ils transforment ces géographies troublées en territoires sonores vivants et alternatifs, pleins d’espoir et de compassion. Après tout, Kowald avait raison quand il a inventé ce genre de melting-pot musical en tant que village global.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :