Mike Cooper: « Playing With Water »

L’idée de Playing With Water est partie, si on s’inréresse à sa genise,d’un roman écrit par James Hamilton-Paterson dont la lecture a été initiée par le poète australien Peter Bakowski qui a donné à Mike Cooper un exemplaire de son livre Seven Tenths – The Sea And Its Thresholds ; un ouvrage qui a énormément influencé son disque Globe Notesainsu que ses oeuvres ultérieurse. Un autre de ses livres, Playing With Water : Passion And Solitude On A Philippine Island traite de ce que le titre décrit exactement et a fourni matière à l’album.

La première édition du livre se nommait Kiribati et était dédiée aux habitants de cette nation insulaire du Pacifique car Cooper partageait leur inquiétude, à l’époque comme aujourd’hui, face à l’élévation du niveau des mers due au réchauffement climatique qui menace de détruire ou de rendre inhabitables leurs maisons insulaires de basse altitude. Cet album a donc été le début d’un long voyage musical et artistique avec des villes comme Venise, Bangkok, Djakarta, Londres, Manhattan ou toute autre ville côtière ou proche d’un grand fleuve seront soumises à de graves inondations et affaissements et pourraient bien devenir inhabitables de la même manière dans un avenir très proche.

Plusieurs de ses albums postérieurs à Kiribati – Globe Notes, Rayon Hula, Reluctant Swimmer/Virtual Surfer, Fratello Mare, Raft, Oceanic Feeling-Like (avec Chris Abrahams) et maintenant Playing With Water – traitent tous conceptuellement de ce même sujet. Un autre fil conducteur conceptuel les relie : un souci de la cohabitation du monde humain et non humain, qui s’exprime par l’utilisation d’enregistrements de chants, de signes et de signaux non traités, réalisés sur le terrain par des oiseaux ou des insectes. Le changement climatique, ainsi que la destruction par l’homme de l’habitat naturel de nombreuses espèces, perturbent la relation équilibrée que nous devons avoir avec la nature.

Les communautés indigènes et les petites communautés côtières, souvent nomades, sont très conscientes de cet équilibre et l’incursion du monde industriel dans leur mode de vie a des effets désastreux qui auront (si ce n’est déjà fait) des effets et des répercussions similaires sur le nôtre. Il existe des enregistrements de terrain sur cette édition de Pulau Ubin, Ko Phayan, Ko Lanta, Sri Lanka, Bangkok, Sainte-Lucie et Martinique ; tous des endroits qui peuvent se réjouir ou qui sont déjà témoins de l’avenir postdiluvien … Le jeu de guitar de Cooper ici, comme toujours, s’inspire d’un certain nombre de styles et de genres influencés par le Slack-key hawaïen et la guitare lap steel.

Playing With Water est le constat de ces éléments naturels qui disparaissent petit à petit pour devenir dans le meilleur des cas, des souvenirs chargés de mélancolie.

Chargé de légèreté dramaturgique et d’abstraction flottante, la musique va laisserici la nature prendre le dessus, au moyen de sonorités en lévitation les notes de guitares se muent en nappes légèrement crissantes passées sous les pédales d’effets, se transformant en artifices insulaires longeant des cotes sauvages, pour s’étaler sur des plages de sable recouvertes de liquide inanimée.Quand réalité et abstraction se combinent.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :