Denise Sherwood: « This Road »

Denise Sherwood, fille du compositeur Adrian Sherwood, fait mijoter les morceaux qui figurent sur son premier album depuis dix-sept ans. Il n’est pas surprenant, compte tenu de son pedigree et de l’histoire de sa famille, que des membres du groupe de musique insutrielle Tackhead, comme Mark Stewart, et Filip Tavares, apparaissent ici, mais heureusement, cela ne rend jamais justice à la puissance écrasante de Tackhead. Au lieu de cela, les plagse sont construites autour de la belle voix de Denise, en la cadrant au mieux.

À un certain moment, Denise avait demandé à rejoindre The Slits autour de lleur reformation mais qu’elle avait refusé. La force de sa voix ici, la tessiture douce et plutôt mélancolique qu’elle affiche, n’auraitent pas convenu à ce son plus abrasif et elle a été sage d’être patiente et de laisser les chansons ici s’enlacer doucement autour d’elle.

Comme on pouvait s’y attendre, les onze chansons de This Road proviennent d’une sorte de reggae dub, mais sans vraiment en abuser. Les producteurs avec lesquels elle a choisi de se produire ont plutôt gardé le fond en arrière-plan, un doux reflux par endroits, mais même lorsque les choses se compliquent un peu, sa voix n’est jamais submergée. Son chant est doux mais profond, et il est clair que les sujets sur lesquels elle écrit sont personnels et lui tiennent à cœur.

L’introduction, un « Music Shall Live », qui contient une interjection onirique façon Lee Perry, parle de la puissance durable de la musique, mais celle-ci est livrée de manière assurée, pleine de conviction. Le violoncelle texturé d’Ivan Hussey ajoute une gravité inattendue et son jeu subtil tout au long de l’album est un point fort. Il y a une touche de vieux son trip-hop sur « Let Me In », avec un rythme dépouillé et des scratches étouffés au loin. Le piano tintant et le violoncelle qui l’accompagne ajoutent une touche gitane triste, avec sa voix légère et persistante, suppliante mais pas désespérée.

Les morceaux ont tendance à se déplacer de manière assez majestueuse, la sensation de feu de camp par exemple sur « Amnesia Moon » assistée par la guitare acoustique, avec même un petit solo espagnol pour alimenter l’ambiance. Skip MacDonald et Doug Wimbish jouent sur « Sweet Mary Jane », un morceau aux accents reggae, et il y a un joli petit riff de piano de cabaret sur « Ghost Heart », un hymne pour une fin de la soirée quand tout le monde est parti et que le groupe joue encore, fatigué mais satisfait.

La variété est impressionnante ; un soupçon de rock des amoureux sur « Uncertain Times » et une ambiance sud-américaine groovy sur « Sunny Day » », avec des bois du Colombian Collective qui ajoutent vraiment aux paroles déjà estivales. C’est un véritable antidote aux inquiétudes exprimées sur le morceau précédent. Une touche d’écho dub anime le rythme reggae de « Won’t Bow Down », dont les paroles sont explicites, et il déborde de la vibe « Toughen Up ».

On doit cependant dire que l’as de cet écheveau de composition est la dernière piste qui lance une balle courbe après les numéros précédents. « Sweet Lov » » regorge de textures électroniques délicates et d’un rythme sans réel effet, sa voix est sensuelle et mesurée. Il se transforme en une coda orientale au violon, gracieuseté de Filipe, et l’atmosphère dub enfumée qu’il évoque est quelque chose qu’il aurait été agréable de voir poussé plus loin.

This Road est un album charmant et sensible, produit avec soin et encadrant l’une des voix les plus délicieuses qu’il nous est donnée d’entendre… au poit d’espérer qu’il y en aura d’autres à venir.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :