Ane Brun: « After The Great Storm »

Cela fait une demi-décennie qu’Ane Brun n’a sorti pas un album de son propre travail, mais il semble que 2020 ait été une année productive pour l’artiste norvégienne. Elle n’a pas publié un mais deux albums cet automne, avec After The Great Storm qui sera suivi le mois prochain en principe par How Beauty Holds The Hands Of Sorrow.

After the Great Storm s’inscrit dans la suite logique de When I’m Free, sorti en 2015, qui a vu Brun s’éloigner du style « fey folk » troubadour de ses premiers albums et adopter un son plus grand et plus poppé. Les neuf chansons qui figurent ici traitent à la fois de relations personnelles et de préoccupations d’actualité. En termes d’ampleur et d’ambition, elles allient l’élégance pop à plus d’expérimentation musicale que ce que nous avons vu de Brun dans le passé. Il y a des touches de musique de danse, d’électronique et de jazz et l’album semble beaucoup plus expérimental dans son instrumentation que tout ce que nous avons entendu de Brun auparavant.

Le premier morceau, « Honey », est un bijou de trip-hop décontracté, dans lequel Brun chante pour sa jeunesse. C’est un morceau pop merveilleusement soigné qui bénéficie du son authentique de la voix de la vocaliste. La chanson titre « After the Great Storm » pourrait être un extrait du Felt Mountain de Goldfrapp, avec ses cordes sinistre et son paysage sonore cinématographique qui sert de toile de fond à des chants de fausset.

Au centre de l’album, on trouve de belles chansons qui mettent en évidence la polyvalence et la portée de Brun. Le titre « Crumbs, » qui se démarque, est une tranche d’indie-pop teintée des années 80 dont Laura Branigan aurait été fière. « Take Hold of Me » mettra en scène le chant éthéré de Brun sur une basse percutante et implorede se voir remixé dans une la piste de danse monstrueuse évoquée ici. Le mélodique « Fingerprints » sonnerade façon merveilleuse comme une ballade remixée des années 70, tandis que « Don’t Run and Hide » capturera une irrésistible vibration dream-pop.

Certains morceaux ont cependant l’impression qu’il leur faut une décharge d’énergie pour percer leurs surfaces super lisses. Le funk lent de « Feeling Like I Wanna Cry » repose sur une vibe psychédélique mais ne va nulle part, tandis que « The Waiting « est dominé par des beats dance lourds qui promettent plus qu’ils ne délivrent. La dernière chanson, « We Need A Mother », traite plus directement des problèmes environnementaux auxquels le monde est confronté. Brun chante « I feel rage », mais cette rage ne se traduit pas dans la musique et la sincérité émotionnelle se fait excessivement digne.

Il s’agit ici d’un détour impressionnant et ambitieux pour Ane Brun, qui, avec seulement neuf morceaux, réussit à marier sa voix vulnérable et distinctive à des arrangements électroniques plus modernes. C’est un son qui lui convient et elle a produit son album le plus intéressant et le plus tourné vers l’avenir à ce jour.  After the Great Storm a valu la peine d’attendre cinq ans et si cela vous laisse sur votre faim, au moins vous savez qu’il n’y aura pas de temps à perdre pour attendre sa prochaine sortie.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :