Jeremy Ivey: « Waiting Out the Storm »

Quand nous a été présentée la femme de Jeremy Ivey, Margo Price, on a pu évoquer la bataille d’Ivey contre COVID-19 et la peur que le couple a eue lorsque la tornade a ravagé East Nashville ce printemps. Voici la réponse musicale d’Ivey à ces événements et, dans un sens plus large, à notre monde en 2020 avec Waiting Out the Storm.

Ivey s’y met tout de suite sur le morceau d’ouverture, « Tomorrow People », par cette demande : «  « Hey tomorrow people / comment vous senstez-vous là-bas ? / Comment vous voyez-vous et comment vous comparez-vous ? » (Hey tomorrow people / how do you like it there? / How do you see yourself / and how does now compare?) Ayant survécu au virus, Ivey est un homme qui sait ce que ça fait d’émerger de l’autre côté après avoir été dans l’état où les lendemains n’étaient pas garantis : « C’était dur. J’ai dû faire face à ma mortalité d’une manière que je n’avais pas encore fait. Mais je profite un peu plus de ma vie maintenant. J’apprécie davantage ma santé. Parfois, il faut regarder la mort en face pour en arriver là ». Nous ferions mieux d’écouter. Ivey a beaucoup à dire sur ce formidable album de rock n’ roll.

Avec son groupe de rock solide, mi- Crazy Horse mi- Heartbreakers, The Extraterrestrials, Ivey ne se contente pas d’élargir le son de son The Dream and the Dreamer de l’année dernière, mais il apporte aussi un sens passionné de l’urgence.  Il a décidé d’être politique mais pas de manière unilatérale pour aborder des thèmes lyriques de l’album. « Certaines de ces chansons parlent de choses qui sont d’actualité, mais elles pourraient aussi être vraies dans 30 ans » explique-t-il. En effet, il est impossible d’entendre des titres comme le très énergique « Things Could Get Much Worse » ou le furieux et presque fou hymne anti-autoritaire « Hands Down in Your Pockets » et de ne pas sentir que ces chansons sont universellement applicables à presque toutes les époques, peut-être même à celles qui sont à venir. Qui aurait, d’ailleurs, pu prédire ce monde de 2020 de toute façon ?

Ivey a sûrement étudié les artistes classiques dans la formulation de son apprche sonique. C’est Dylan qui fait le plus d’écho (considérez que ces paroles rappellent celles de Blonde on Blonde de Dylan dans « Paradise Alley »- « (Les assassins en travesti lancent des roses/Pour les artistes de rue/Dans l’empire en faillite/ Là où le maire se cache/Dans les coins » (Assassins in drag are throwing roses/To street performer/In the bankrupt empire/where the mayor hides/Out in the corners) ou encore celles de « How It Has to Be » – « Pocahontas, Walt Disney et Al Capone / Ils ramassent la poussière pour la pierre tombale / Tous les pleureurs dans leurs voiles noirs chantent et gémissent » (They don’t make movies like they used to/They don’t write those stories anymore/They don’t make heroes out of celluloid like before/they don’t make heroes out of celluloid anymore). Pourtant, on retrouve aussi Neil Young, Tom Petty, et même des souches des Beatles dans divers titres. Ivey fait un travail louable pour les fusionner, mais il est parfois difficile de se défaire de l’idée qu’on l’a déjà entendue. Cela dit, l’aspect dérivé n’entraîne pas l’album vers le bas parce que les paroles d’Ivey, et dans certains cas, son ton sont engageants. 

Par exemple, il y a le premier « single » « Someone Else’s Problem », qui touche aux thèmes universels de la compassion mutuelle dans la société et de ce qui se passe quand elle commence à s’estomper.. Apparemment, la chanson parle du changement climatique, mais Ivey évoque l’injustice raciale et le problème des sans-abris, le tout en mettant l’accent sur la notion fugace de coopération. C’est captivant.

Des tensions provocatrices sont présentes tout au long dell’album, comme par exemple dans le dernier refrain de « Movies » – « Ils ne font plus de films comme avant / Ils n’écrivent plus ces histoires / Ils ne font plus de héros en celluloïd comme avant / Ils ne font plus de héros en celluloïd ). Mais « Hands Down In Your Pockets » est une pure rage sur fond de Crazy Horse. « White Shadow » est une attaque cinglante contre l’administration actuelle ou peut-être même contre la structure du pouvoir en général : « Tu nous as nourri de balles, tu as sculpté nos idoles, tu as mâché des mensonges et craché des bibles, tu as fait du paradis un ghetto, tu as traité les femmes comme de la marchandise » ( You fed us bullets, carve our idols/Chewed up lies and spit out bibles/You made a ghetto out of paradise/Treated women like merchandise) et « Ces médicaments nous ont rendu malades, tu cours avec les bolcheviques, qui a ton royaume, moi, la poche, dont les yeux et la bouche sont pleins de vomi » (Your medicine just made us sick/You’re running with the Bolshevik/Who’s got your kingdom I the pocket/Who’s eyes and mouth are full of vomit).  Cela semble aller à l’encontre du commentaire précédent d’Ivey, qui disait que « ce n’est pas si fortement unilatéral » . « Loser Town » se moque de notre triste situation actuelle avec des guitares brûlantes et le refrain Beatlesque de type « Yeah, yeah, yeah »- » sur une bande-son qui ressemble à celle de Heartbreakers. 

Les médias et nos organes d’information unilatéraux ne manquent pas d’observations acerbes dans « What’s the Matter Esther » et dans le « How It Has to Be » de clôture.  Rares sont les artistes actuels qui ont su marier aussi efficacement un rock n’ roll brûlant à un lyrisme aussi mordant. Jason Isbell, Will Hoge et Steve Earle me viennent à l’esprit.  Pourtant, le talent d’Ivey pour patauger dans ce sombre paysage est sa capacité à faire des observations et à soulever des questions plutôt qu’à prêcher.  Et une fois de plus, son groupe fait tourner ces morceaux à plein régime, ce qui en fait un candidat de choix pour l’un des meilleurs de l’année.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :