Legowelt: « Unconditional Contours « 

Pour Unconditional Contours, Legowelt a obtenu un accès pratique rare aux 5000 synthés, orgues, boîtes à rythmes et unités d’effets du Musée Suisse des Instruments de Musique Electronique (SMEM) – mais avant de vous emballer, sachez que cet accès ne soit disponible que pour leurs artistes en résidence. Le résultat est une série de dix morceaux expérimentaux assez courts qui présentent différents synthés, les citant souvent par leur nom dans les titres des morceaux, mais qui, pour la plupart, se présentent aussi comme un album à part entière.

Les morceaux tels que « Unconditional Contours Memory Moog » et » »Swiss Fairytales » ont un côté « rêve de mandarine » inévitable, bien que le morceau le plus long ne dépasse guère les quatre minutes, il y a une certaine statique : chaque morceau ressemble à une vignette sonore d’un arrangement particulier de boutons et de cadrans, et aucun d’entre eux n’est vraiment autorisé à évoluer et à progresser de façon continue. Letitre « Evolution EVS-1 ProMars and Prophet » possède une mélodie absolument charmante, mais elle est à peine plus longue que son propre titre.

Elle est certainement influencée par la dance et la dream-music. Les boîtes à rythmes sont mises à contribution dans des morceaux comme « Chateaux Dans Le Ciel Farfisfa Synthorchestra » qui est assez qemblable à du Underworld vers la fin, et où les aspects lo-fi et envahissants des vieux sons de synthé semblent être appréciés plutôt qu’évités.

L’élément de spoken word inattendu dans » »Prophet Vector Synth Dazzling in the Sun », avec son discours sur les cascades de cristal, les vecteurs et les chemins oubliés, ressemble à un retour à la transe du début des années 90, mais joué avec des synthés du début des années 80, tandis que le rythme plus glauque de « SMEM23 Digital Clap Trap Promars Prophe » » rappelle T.Raumschmiere.

C’est plutôt sérieux, mais l’enjouement ressort très légèrement dans des éléments tels que les basses caoutchouteuses de « Roxannes Magic Watch » ».Il se situe quelque part entre un véritable album électronique analogique et une série de pistes de démonstration de matériel, mais parvient à fournir suffisamment de la première pour être cohérent. Un peu plus d’expérimentation et d’ambition aurait peut-être permis de repousser les limites un peu plus loin, mais il a certainement du mérite en tant qu’album d’écoute pour les fans des vieux sons de synthé et les amateurs de synthétiseurs analogiques.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :