Exhalants: « Atonement »

Quelques mois à peine après que le groupe TRVSS de Pittsburgh ait proposé un LP venimeux comme album sophomore, Exhalants fait la même chose – et, tout comme TRVSS, le nouveau disque, intitulé Atonement, se distingue par son dynamisme, sa capacité à stimuler la dissidence ou à s’arrêter sur une pièce de monnaie entre deux coups de poing.

« Richard », qui fait peut-être référence à Richard III, ou qui est peut-être simplement un Dick, est emblématique d’un nouveau type d’approche pour Exhalants, une légère différence de style ou de maniérisme par rapport au grand, mais parfois trop médiocre, premier album éponyme du groupe. Bien que le morceau commence de manière emphatique, le groupe se replie rapidement sur une sorte de dérive mutante, toutes les mesures de guitare sont coupées à la paume de la main et la basse ponctuelle rappelle la scène du bruit new-yorkais des années 90. C’est excellent et addictif. Atonement se termine également par un opus étrangement élégiaque, avec un son vraiment sombre – et, note à chacun : non déformé ! – avec des motifs de guitare et de basse, et même une touche de faux cors tragiques en arrière-plan. Écouter quelque chose de près de 10 minutes et ce funèbre d’un groupe qui fait un si bon travail de création de raquette en un clin d’œil vous donne une bonne idée de la part de membre qu’Exhalants prend au nouveau LP. Au final, c’est l’auditeur qui gagne.

Le disque n’est guère une étude entièrement en retenue. Bien qu’il comporte quelques belles guitares en pseudo-aluminium, « Crucifix » est un morceau sale et énervé, quelque chose, comme le comprennent implicitement les adeptes du groupe, qui se situe entre Unsane et Unwound – dans plus d’un sens du terme. Le grind industriel new-yorkais est merveilleusement présent sur « Crucifix », dont la guitare chorale explose avec des éclats de larsen, et sur l’album d’ouverture  » »The Thorn You Carry in Yr Side », où les lignes de guitare et les percussions fracassantes font place à des éclats de basse, les quatre cordes s’enfonçant bruyamment à l’intérieur de l’instrument, pincées ou cueillies. Même « The Thorn You Carry in Yr Side », cependant, est loin d’être un poney à un tour ; il y a des ponts merveilleusement placés, même discrets, qui donnent des pauses de souffle entre le sac plein de marteaux qui s’écrasent à répétition sur la tête de l’auditeur.

Parfois, le groupe renonce un peu au dynamisme et s’en remet à la vitesse ou au venin de ses débuts. Les fans de noise rock dévoreront sans doute ce genre de choses, mais les oreilles perspicaces auront du mal à distinguer les refrains dans, disons, « Bang » ou « Passing Perceptions ». Ce n’est pas que ce soient de mauvaises chansons ou des duds ou des moments ternes. Mais, lorsque d’autres morceaux, comme « Richar » », font preuve d’une incroyable attention au ton et aux détails sonores, les morceaux où ces gars comptent sur la livraison crachée pour vendre la marchandise sont un peu monochromes.

Dans l’ensemble, Atonement, avec ses thèmes de réflexion denses marqués par la méchanceté psychologique, cochera de nombreuses cases pour le set noise-rock. Même s’il est difficile de se rappeler constamment que ces gars viennent d’Austin, au Texas, et non de New York des années 90, le sens du volume et le dynamisme du groupe – ces chansons, en bref, vous posséderont les tympans pendant que le LP tournera – en font un groupe distingué dans un champ de foule chaotique.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :