The Nude Party: « Midnight Manor »

Pour ses débuts en 2018, Nude Party a frappé fort à la porte, avec Midnight Manor, le sextuor l’a fait sortir de ses gonds. En effet, le disque de 12 titres montre que le groupe du nord de l’État de New York (en passant parla Caroline du Nord) a creusé plus profondément dans ses influences rock des années 70 – de la fanfaronnade des Stones au funk façon bayou de Leon Russell. Et le résultaten est indéniablement une impressionnant.

Le coup de poing des deux premiers morceaux, le piano martelant « Lonely Heather » suivi du fouet intelligent qu’est « Pardon Me, Satan », vous laisse presque haletant, essayant de rattraper le temps perdu, mais le groupe ne se laisse guère aller pendant les 40 minutes qui suivent. L’album se termine avec « Nashville Record Co. », une des meilleures chansons à contenir un kazoo depuis « The Logical Song » de Supertramp.

Ce disque, lourdement corné et soutenu par un piano, sonne remarquablement frais en 2020 et nous rappelle brutalement que tous ceux qui possèdent une collection de disques lourds des années 1970 ; il suffit parfois qu’un groupe de jeunes d’une vingtaine d’années ayant un goût musical très sûr emprunte la nostalgie d’un autre. 

Midnight Manor a été enregistré en direct sur cassette en moins d’une semaine et l’immédiateté de ce processus peut être entendue sur tout le disque. Il sacrifie l’élégance à la rudesse, ce qui rend le disque plus satisfaisant à l’heure actuelle. Le groupe ralentit de temps en temps sur des morceaux comme « Time Moves On » et « Things Fall Apart », tous des morceaux assez décents, mais The Nude Party ne tourne à plein régime que lorsqu’ils sont les plus bruyants, comme sur le morceau d’ouverture ou « Thirsty Drinking Blues ».

Bien qu’il n’ait sorti que deux LP, The Nude Party joue ensemble depuis huit ans et partage une maison depuis à peu près la même durée, ce qui lui permet de former une unité cohérente. Et cette cohésion a permis d’obtenir un disque remarquablement cohérent, ce qui prend généralement des dizaines d’années aux groupes lambdas.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :