Dawes: « Good Luck With Whatever »

Dawes a toujours trouvé un moyen de transformer le triomphe et la ténacité de la musique rock en une expérience qui résonne à la fois de personnalité et de poésie. Leur opus de 2015, All Your Favorite Bands, a efficacement véhiculé la joie et l’enthousiasme que tout combo classique a toujours essayé d’inspirer à ses adeptes. Ils tournent ces émotions vers l’intérieur, affirmant la connexion emphatique qui fait que les plus fervents admirateurs d’un groupe se sentent pratiquement comme une famille avec des sentiments partagés et stoïques qui solidifient ce lien aussi intrinsèquement que jamais.

Malgré son titre insaisissable, Good Luck With Whatever va plus loin en offrant un regard éclairé sur la psyché humaine et sur l’insécurité et l’incertitude qui font que l’espoir et le hasard partagent souvent l’espace de façon maladroite mais sûre au cours d’une vie. Les sentiments sont omniprésents, de l’expression sincère de l’album libérateur « Free As We Wanna Be », qui ouvre l’album, à l’innocence inébranlable de « Still Feel Like a Kid », une chanson qui partage les pensées de chaque jeune homme qui ne veut ou ne peut pas faire face aux responsabilités et aux exigences que lui imposent son âge et sa maturité. De même, le repos contemplatif de « Me Especially » le époussetage emphatique de « Between the Zero and the One », le suggestif « Who Do You Think You’re Taking To ? » et le poignant mais passionné « St Augustine At Night » ajoutent encore à la profondeur de ce discours, en remuant les complexités et les complications qui empêchent la plupart des situations d’être facilement analysées.

Il n’y a pas une seule chanson ici qui ne se glisse pas sous la peau et n’y reste pas pendant toute la durée de la rencontre. Chacun parle directement à ses auditeurs et entre en résonance avec eux aussi.

Le fait qu’ils soient capables de creuser si profondément dans ces environnements incertains tout en conservant leurs charmes mélodiques apparemment sans effort est un mérite non seulement pour le compositeur en chef Taylor Goldsmith, mais aussi pour la confluence de confiance et d’agilité qui a été la marque de fabrique de Dawes pratiquement dès le premier jour. Ils sont, dans tous les sens du terme, une formation remarquable, qui se vante d’un attrait populiste tout en n’accédant jamais à autre chose qu’à la recherche d’une cause commune. En fait, ils redéfinissent le facteur d’accessibilité, grâce à cette attitude sympathique et à cette allure facile. C’est une combinaison que l’on souhaiterait retrouver dans n’importe quelle tenue, mais qui semble échapper à beaucoup. Dawes mérite le crédit qu’il a acquis, et s’il n’est pas l’un de vos groupes préférés, ce n’est pas parce qu’il n’a pas mérité la distinction. Bonne chance avec celui vous semble le mieux correspondre à vcette aspiration.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :