Lawn: « Johnny »

Après une interruption de deux ans et demi, Lawn a finalement ajouté son deuxième opus apres ses débuts acclamés par la critique,Blood on the Tracks,et, bien qu’il puisse y avoir de subtils changements de nuances, l’esthétique générale reste parfaitement cohérente.

Au départ, les riffs de Pavement servent toujours de base pour apporter une « atténuation non dramatique » à l’ensemble. Dans les mains de Lawn, ces riffs sont plus humides, plus sombres et un peu plus rasants, offrant une suggestion post-punk qui n’est jamais tout à fait réalisée au milieu de la vibrance/du tempo dominant.

Au lieu de cela, la fondation est renforcée par un sentiment de semi-manie contrôlée et spasmodique, alors que le son se transforme en une bombe indie-rock frénétique comme « Playing Dumb » et « Talk of the Town », qu’il s’attaque aux riffs obliques et aux délibérations sur les mots à demi parlés de la stylistique de Lewsberg dans « Summertime », ou qu’il plonge tête baissée dans le rock artistique déchiré de Jane Ryan. Tout cela est très Lawn, parfaitement éclectique et nonbstant aventureux.

Au début, ces numéros étaient au mieux lorsqu’ils poussaient les paramètres de l’obtus comme on le voit dans les morceaux précités. Cependant, dans « Johnny, » ce sont les morceaux avec un sens de la mélodie plus poussé qui traversent le bizarre, qui brillent vraiment.

Ainsi, le morceau titre, « Honest to God / Paper, Sunshine and Smile », flirte avec les mélodies sombres et douces qui rappellent Young Guv et Nap Eyes et donne une impression surprenante debizarrerie qui n’était peut-être pas totalement en accord avec leur son précédent. Pour ceux d’entre vous qui sont branchés, cela peut être considéré comme un clin d’œil à un son plus commercial, mais d’une certaine manière, le sentiment d’être « étrange » évite complètement toute accusation de mercantilisme.

Lawn reste sans effort et brillamment obtus sur cette deuxième année, mais il se pourrait bien qu’ils aient ouvert une toute nouvelle fanbase avec leur nouveau sens du «  single qui décoiffe.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :