Librarians With Hickeys: « Long Overdue »

Si on est un adepte du grand son de guitare qui caractérise Big Star et beaucoup de groupes « paisley underground » (ou Children of Nuggets, si vous préférez) qui ont fini par suivre dans leur sillage, en à peine cinq secondes après « Until There Was You », le premier morceau de l’album de Librarians With Hickeys, Long Overdue, on sait qu’on a trouvé un autre combofamilier de cette approche.

Le chant du groupe, dirigé par le guitariste Ray Carmen, est d’une qualité universelle, si l’on suppose que tout le monde peut chanter comme Carmen le fait. Les mélodies sont épurées, les affaires directes avec des touches intéressantes – un milieu de huit inventif, par exemple – et des paroles accessibles. Le groupe s’intéresse surtout à l’esthétique guitare/basse/batterie, mais quelques textures de clavier soigneusement placées ajoutent à l’attrait du disque.

Le délicieux « That Time is Now » est agrémenté d’une voix supplémentaire de Lisa Mychols, une artiste power pop à part entière et les douces mélodies de Mychols ajoutent la note juste à l’intro de Carmen.

Les caractéristiques sonores des chansons varient à tel point que Long Overdue sonne un peu comme une compilation ; il y a un léger manque d’unité dans l’esthétique de la production. Mais cela ne veut pas dire que tout cela est sous-parfait, seulement que c’est incohérent. Et peut-être que la seule qualité « off » sur l’ensemble de la collection est l’intro (synthétisée ?) au saxophone et le travail de remplissage sur « Next Time ». La texture ne semble pas à sa place sur l’album, et la chanson n’est pas mise en valeur par sa présence.

Il y a cependant de nombreux moments forts qui font plus que compenser cela. L’arrangement grand écran d’« Obsession » est impressionnant et l’orgue combo de « Leave Me Alone » montre une autre facette du groupe. « Poor Reception » sonnera comme un mélange de The Music Explosion et de rock universitaire des années 80, ce qui est très agréable.

Le groupe est efficace sur des morceaux plus contemplatifs comme « Alex », mais Librarians With Hickeys est plus solide avec des rockers mijotés comme « Looking for Home ». Ce dernier est l’un des morceaux les plus forts de Long Overdue et e groupe ramènera les là où elles se doivent d’être avec l’insistant et radical « Black Velvet Dress », une forte finition pour un disque on ne peut plus tonitruant.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :