AimA & The Illusion Of Silence: « Music for Certain Rituals »

Music for Certain Rituals est le titre du premier album d’un projet né de l’union de deux figures déjà connues musicalement : AimA & The Illusion Of Silence est en effet formé par Aima, active dans de nombreux domaines mais que l’on retient aussi pour les belles expériences des Jumeaux Discordants d‘Allerseelen et Luca Bonandini qui, sous le pseudonyme de The Illusion Of Silence, créent depuis quelques années une musique atmosphérique, entre néoclassique et dark-folk. La combinaison des deux a donné de très bons résultats, puisque Music for Certain Rituals est un concept sur les cultes des Mystères Orphiques dont les hymnes et les paroles sombres ont été mis en musique par Bonandini et animés par le chant surprenant d’Aima. Le disque ne peut certainement pas être défini comme une écoute facile mais, même sans le soutien d’une solide culture classique, il sait définitivement comment capturer »avec ses scénarios sombres et énigmatiques. « To the Sun », par exemple, commence par des notes très sombres qui mènent à une mélodie unique dont l’harmonie est à découvrir, parfaite pour accompagner les invocations lyriques d’Aima.

« To the Moon » ouvre un paysage froid et sidéral émoussé » par un chant lent, d’une douceur envoûtante, à tel point que les mots récités en italien n’ajoutent guère à la magie du contexte ; « To Mars », l’un des épisodes les plus réussis, est imprégné d’une sombre suggestion pour les sons riches en échos tribaux et pour la voix qui se déploie avec force. À apprécier également « To the Graces » dans lequel le paysage de l’empreinte ambiante est encore plus sombre, presque oppressant, bien que la chanson soit proche d’une prière, tandis que « To the Sea » renvoie un scénario d’eau dominé par des tons vocaux « d’outre-monde » ; « To Victory », autre belle chanson, atteint littéralement des hauteurs célestes. Enfin, nous ne pouvons pas manquer de mentionner « The Paetilia Tablet » – la tablette orphique de Petelia, conservée au British Museum – qui oscille entre élan et solennité obscure ou « Spiritui Carmen » avec ses sons de plomb, qui voit également la précieuse contribution d’Evor Ameisie (Northgate, Camerata Mediolanense) dans le chœur en arrière-plan et « To Death », qui atteint le sommet des ténèbres grâce à un piano aux notes vraiment lugubres et au chant rappelant vaguement les Galas de Diamanda : Music for Certain Rituals est donc un album stimulant et précieux, qui mérite d’être découvert et aimé.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :