Deep Sea Diver: « Impossible Weight »

Depuis près d’une décennie, Deep Sea Diver continue d’impressionner avec sa fusion passionnée de rock indie et de sensibilité pop. Emmenés par la compositrice californienne Jessica Dobson, connue pour avoir travaillé avec de grands noms tels que Beck, Yeah Yeah Yeahs et The Shins, leur fanbase flottante continue d’augmenter grâce à ses plongées courageuses dans d’immenses profondeurs émotionnelles et à sa volonté de poursuivre des voies jusqu’alors inexplorées en explorant de nouvelles voies musicales. 

Après une période de profonde dépression exacerbée par la pression des tournées constantes, Dobson est de nouveau à la tête du groupe basé à Seattle, alors qu’elle met les voiles avec son nouvel album Impossible Weight, son œuvre la plus personnelle à ce jour. Le single qui l’accompagne est un aperçu révélateur des peurs intérieures de Dobson, avec une contribution de la célèbre compositrice Sharon Van Etten.

L’introspection est un thème constant tout au long du disque, et on la retrouve immédiatement sur la première chanson, la songeuse « Shattering The Hourglass ». Les voix tendres sont accompagnées d’un doux travail de touches avant de se lancer dans une explosion libératrice de tambours, alors que Dobson parle de ses propres luttes et de celles de son ami proche Richard Swift qui lutte contre l’alcoolisme.

Tout ce qui inclut Sharon Van Etten est forcément spécial et ne déçoit pas. L’introspection se poursuit sur le split single dont l’album tire son titre. Impossible Weight est un cycle de dépression paralysant qui convainc les gens de se taire et de se sentir indignes d’aide lorsqu’ils comparent leurs propres expériences à la douleur ou à l’angoisse des autres. Des paroles crues telles que « A million times tongue tied \ Spit it out, never mind \ I think I’m addicted to the fear » (des millions de fois la langue attachée ! Crachez le morceau, peu importe ! Je crois que je suis accro à la peur) révèlent l’agitation intérieure tandis que le rythme saccadé troublant souligne le malaise, parfois réconforté par les gouttes de pluie qui tombent curtesy des touches. 

Les voix communes de Dobson et Van Etten s’élèvent ensemble dans un rugissement flatteur, qui fait passer la chanson du simple bon single de rock indépendant à un hymne qui pourrait résumer nos angoisses communes croissantes de cette année la plus terrible. Cette passion qui exige d’être entendue est un véritable point fort de cet album qui transforme constamment la vulnérabilité en déclarations audacieuses.

Un autre moment de véritable génie est la chanson « Eyes Are Red (Don’t Be Afraid) », d’une durée de sept minutes. Tout en s’occupant de ses propres luttes internes, Dobson a fait du bénévolat au centre d’accueil pour sans-abri Aurora Commons et cet instrumental triomphant est un cri de ralliement pour ceux qui sont perdus et oubliés dans un monde indifférent. Dobson aborde les difficiles histoires de la vie réelle qu’elle a rencontrées sur des chansons comme « Hurricane » qui, malgré ses sonorités pop éclatantes, révèle, à une écoute plus attentive, la détresse de quelqu’un qui tombe dans des relations abusives avec les paroles « I never felt so low \ Keep searching for love in the places you don’t wanna go » (Je ne me suis jamais sentie aussi mal ! Continue à chercher l’amour dans les endroits où tu ne veux pas aller) et l’album atteint sa note la plus sombre avec « Switchblade » et son récit d’une femme marchant sur le bord, constamment soumise à la menace très réelle de la violence masculine.

Cependant, aussi mélancolique que soit le sujet, Impossible Weight ne sombre pas complètement dans le désespoir, car il est équilibré par des morceaux comme un « Lights Out » jalonné par sa basse heavy qui explose d’énergie, le titre plein d’entrain qu’est « People Come And Go », la chanson glorieusement disco « Lightening Bolts » tout comme « Wishing » qui est un chef-d’œuvre hypnotique tourbillonnant avec ses accroches pop et un refrain chantant qui pourrait en faire un incontournable prochain « single ».

L’album se termine par l’émouvante chanson acoustique « Run Away With Me » les sentiments ne sont pas entravés par une production ouverte, optant pour une performance live dépouillée au lieu de laisser toutes les vagues d’émotion sortir de son cœur et s’enfoncer dans l’âme de l’auditeur. C’est une fin vraiment émouvante pour un album puissant.

Tout en n’ayant pas peur de dévoiler les aspects les plus sombres de sa vie et les chagrins des gens qui l’entourent, Jessica Dobson a réussi à créer un disque puissant de Deep Sea Diver qui mérite toute l’attention tout en étant extrêmement agréable à écouter. The Impossible Weight est une documentation digne des moments les plus difficiles, mais elle nous apporte une exaltation qu’on ne saurait passer sous silence.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :