Lucrecia Dalt: « No era sólida »

« Je construis beaucoup de fond conceptuel pour ma musique… Je lis, j’étudie, je pense à toutes ces choses et toutes ces informations me font avoir une certaine attitude envers la vie, une approche éthique… » -tel est le discours de Lucrecia Dalt.

Il zst vrai quela musique de Lucrecia Dalt porte en elle un cadre intensément axé sur la recherche. D’une ampleur et d’un contenu similaires à ceux de Laurie Anderson, Cosey Fanni Tutti ou Björk, chaque album est composé d’une électronique complexe, qui intègre souvent des éléments de spoken word et d’alt-pop. Dalt plonge dans une série exhaustive de thèmes, dont le changement climatique, le cinéma allemand de la nouvelle vague et les notions lacaniennes du soi.

Traduit par « elle n’était pas solide », son album No era sólida explore l’idée de se dissoudre, de faire fondre les frontières et de devenir une autre personne. Un personnage fictif appelé « Li » » fait une demi-narration du disque. Elle chante dans une langue inventée, une glossolalie entre l’anglais et l’espagnol. Sa double voix lo-fi se décompose en fragments de souffle et en mots dénués de sens.

Comme pour les chanteurs expérimentaux tels que Lyra Pramuk et Eartheater, l’identité musicale de Dalt est ancrée dans la musique de danse électronique. Le son puissant de la scène techno underground de Medellín, où elle a émergé en tant que productrice, est présent dans le « single » principal « Disuelta », dans lequel des synthés tournent mécaniquement. Mais parmi les lourdes inflexions rythmiques, il y a des cris déroutants et des bruits inhumains. Parfois, le disque semble à moitié formé et fragile. Sur  « Espera », la mélodie s’embrouille, son tempo oscille mécaniquement d’avant en arrière. C’est dans cet espace gestationnel du devenir – ni l’un ni l’autre, mais les deux simultanément – que se déroule No era sólid.

La futuriste et éco-philosophe féministe Donna Haraway utilise le concept de « devenir » pour décrire comment la vie humaine, plutôt que d’être hiérarchiquement séparée, est intrinsèquement relationnelle et imbriquée. Elle décrit le monde comme un nœud en mouvement. Les humains sont dépendants et connectés à d’autres espèces et à des environnements non humains tels que l’air, l’eau et l’électricité. Transcendant les binaires du « soi » et de l‘autre », de l’  « artificie » » et du « naturel », Dalt se glisse dans le personnage de « Lia ».

Elle canalise les montagnes et les machines, la lave et la fumée dans le clip de « Disuelta » (réalisé par Pedro Maia). Elle danse dans une grotte au rythme transmorphe de la piste sonore, sa peau se déchire dans des formations rocheuses escarpées, ses mains gesticulantes se transforment en éruptions de lumière ou en feuilles qui tombent. À travers cette métamorphose de l’homme en paysage, Dalt capte une politique d’ouverture, considérant la vulnérabilité de la vie perméable et fluctuante. Cela se reflète également dans sa décision de donner une partie des bénéfices de la libération à Tierra Digna, une organisation colombienne dédiée à la défense des communautés affectées par les politiques économiques qui dévastent l’environnement.

Le parcours de Dalt en tant qu’ingénieure géotechnicienne a a grandement influencé son identité musicale. Son album Anticlines (2018), qui fait référence à une sorte de formation géologique, explore les propriétés de la matière : le mouvement des glaciers et l’alchimie de l’évaporation de l’eau. Avec No era sólida, elle associe de la même façon le son de la terre aux interventions humaines mécanisées. « Coatlicue S. » est un sonar qui sonne, entremêlé de pierres tombant dans un puits sans fin. S »uprema » joue également avec un effet d’écho, les voix résonnant à travers la statique d’une foreuse de fouille pénétrant dans les strates.

No era sólida voyage dans des espaces caverneux, occupant un paysage éthéré qui se trouve au plus profond d’une terre inconnaissable. Son titre final se cristallise avec le chant de Dalt en espagnol, sortant de sa langue inventée, la dissolution se faisant enfin remarquer.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :