Maria Schneider Orchestra: « Data Lords »

La compositrice Maria Schneider a reçu de nombreuses récompenses, dont plusieurs Grammies. Le truc de Schneider, c’est la musique instrumentale à structure serrée et à grand groupe, qui, au moins sur cet enregistrement de deux albums, évolue sur les rebords de différents styles et dont on pourrait considérer qu’elle oscille vers le jazz aventureux sans, toutefois, y verser totalement. Elle est accompagnée de plusieurs personnages, dont plusieurs à la flûte, à la clarinette, au saxophone, à la trompette, au bugle et au trombone. En outre, un semblant de groupe de rock (guitare, piano, basse et batterie) est également inclus dans son orchestre. Le résultat global est un ensemble de pistes balayantes avec des murs de cors offrant des textures épaisses qui soutiennent les compositions noueuses de Schneider.

Data Lords est une exploration de la juxtaposition de nos mondes numériques et non numériques. En fait, le premier album, judicieusement sous-titré The Digital World, ne tente pas de cacher son inspiration. Parmi les points forts, on trouve « Don’t Be Evil », qui présente des thèmes bondissants à plusieurs niveaux accompagnés d’un travail de guitare pointu de Ben Monder. CQ CQ, « Is Anybody There ? » poursuit ce fil conducteur en proposant un ensemble labyrinthique de rythmes staccato basés sur des motifs en morse. Sur ce thème, le saxophone de Donny McCaslin et le duel de trompette de Greg Gisbert avec une intensité qui frise l’anxiété. Un autre titre, » Spoutnik », est une pièce spacieuse et cinématographique.

Le deuxième album, Our Natural World, est un animal différent. Il offre un cadre plus pastoral pour des morceaux qui sont du côté ludique et doux. Bien qu’aussi sophistiqués et vivants que The Digital World, ces morceaux jouent sur des émotions plus positives – une tentative d’évoquer la connexion humaine qui peut manquer à notre existence numérique.

Différents auditeurs peuvent préférer l’un de ces efforts à l’autre ou les deux à la fois.  Quoi qu’il en soit, Data Lords est une offre plus qu’intéressante, que vous soyez un vétéran de l’œuvre de Schneider ou un nouveau venu comme moi. De plus, l’emballage qui accompagne le CD est aussi riche que la musique, avec les notes détaillées de Schneider sur chaque morceau. Vivement recommandé.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.