Joshua Burnell : « Flowers Where The Horses Sleep »

Dans l’idiome folk, il y a naturellement une forte concentration sur les artistes qui mettent la chanson au premier plan. À juste titre, il s’agit d’une tradition de narration qui ne se construit pas autour de stars ou de personnalités, mais de musique. Une musique dont les racines sont bien visibles, avec une forte tradition et une histoire qui exige la participation, la collaboration et l’interprétation pour maintenir la forme vivante. Je respecte pleinement cela, mais en tant que hardcore, obsédé par la musique death-in-the-wool, j’ai trouvé mon chemin vers le folk il y a des décennies, sans grande appréciation des formes traditionnelles, bien plus parce que, en tant que fan de l’écriture de chansons, j’aimais entendre des arrangements acoustiques bruts et des performances intimes, et j’ai donc approfondi mes connaissances des musiciens de type folklorique. Mais pour moi, la musique a toujours été un divertissement et une forme d’art plutôt qu’un exercice académique et donc, quand je trouve un artiste comme Joshua Burnell, qui semble faire de la musique avec la même intention, je dois m’asseoir et le remarquer.

Il y a deux choses qui vous sautent immédiatement aux yeux à propos de Joshua ; la première est qu’il n’a aucun désir de travailler dans un seul genre de musique, car pour lui, toutes les formes font partie du même processus créatif. Deuxièmement, il est certainement motivé pour divertir, provoquer la réflexion et même semer un peu la confusion. Jetez un coup d’œil à l’emballage de ce dernier, son tout nouvel album sorti ce mois-ci. À l’intérieur d’une couverture glorieuse, représentant une scène à la Bambi d’un homme tirant à la carabine et visant un couple de cerfs (voir ce que je veux dire, beau et dérangeant à la fois), nous trouvons l’homme lui-même, se fondant littéralement dans le thème de la couverture. Dans un plan qui me rappelle une infection virale extraterrestre engloutissant une victime désespérée au début des années 70, Doctor Who, Joshua est vu avec cette même zone boisée représentée sur la couverture de Hari et Deepti, le visage et les mains écartées. C’est vraiment tout mettre en œuvre pour le bien de votre art, le genre d’effort que nous tenions pour acquis quand nous venions d’un géant du Rock ou du Prog comme Bowie ou Gabriel, mais c’est beaucoup moins courant dans le monde folk. Et c’est certainement ce qui fait de Joshua Burnell un artiste sérieux à tous égards.

Évidemment, rien de tout cela n’aurait d’importance si la musique ne tenait pas la route, mais il n’y a pas non plus d’inquiétude à ce sujet. La création et l’esprit d’exploration que promet la pochette sont plus que réalisés dans le contenu musical. On ne peut pas annoncer que c’est un album folk. Il y a des éléments qui sont sûrs, c’est un album qui a fait ses preuves, l’a démontré son projet Songs From The Seasons en 2018, et il y a ici un morceau appelé « Joan Of The Greenwood » que Burnell décrit comme sa « dernière tentative d’écrire un pastiche sur les chansons folkloriques anglaises traditionnelles ». Mais il y a tellement plus que cela, jon dirait que le folk est sa rampe de lancement, alors peut-être que c’est du folk progressif ? Ou bien moderne et traditionnel ? Contemporain vintage ? Vous ne pouvez vraiment pas classer cela, mais alors pourquoi prendre la peine d’essayer ? La nature imprévisible du cycle de chansons, les petites surprises sonores et texturales magiques font toutes partie de l’attrait et au centre de tout cela se trouve le mystérieux M. Burnell, un énigmatique faisceau de pensées et d’énergie.

L’album a été achevé juste à temps, le travail ayant été achevé en février de cette année, juste avant que le monde ne soit bouclé. C’est une production complète du groupe, avec huit musiciens crédités dans les notes de pochette et une combinaison alléchante de sons comprenant des guitares électriques, des cordes, des violons, un mélodéon, une basse droite, une batterie et des chants de gang. Ce mépris des limites et de la compartimentation est abordé directement dans le numéro d’ouverture « Labels ». Inspiré par une citation d’Ian McKellen, dans laquelle il affirme que « le seul label dont chacun d’entre nous a besoin est son nom », Joshua introduit l’album sur une note légèrement chantante, avec des violons luxuriants et une performance vocale mesurée.

Burnell a déclaré que cet album de dix titres a été inspiré par des personnes du présent et du passé, en l’honneur de « la remarquable capacité des êtres humains à trouver la beauté, même dans les moments les plus difficiles ». Ainsi, deux chansons nous ramènent à l’époque arthurienne et à la légende de la sorcière Morgane Le Fey, qui changeait de forme. Joshua reconnaît dans ses notes de pochette détaillées que « Le Fey » a manipulé la beauté à ses propres fins. Je dirais que si vous devez vous plonger dans un personnage des histoires arthuriennes, elle est certainement l’un des sujets les plus mystérieux, le personnage parfait que Joshua doit honorer en chantant, car elle semblait traverser les pôles du bien et du mal avec un abandon sauvage. Mettez cela de côté et je dois signaler que « Le Fay » est un enregistrement dans lequel les ambitions musicales de cet artiste pour le grand écran clouent leurs couleurs au mât. C’est un morceau épique, tenu par un piano qui martèle, la batterie marche et le chant oscille entre l’atteinte du ciel et l’isolement claustrophobe. Alors que les guitares électriques allongées s’envolent et que la mélodie se propage dans les airs, je me souviens un peu des Pink Floyd de Kate Bush et Gilmour. Oui, c’est bien le genre d’épopée que nous écoutons ici, mais si vous voulez tirer haut, autant faire de votre mieux et Joshua fait ici une déclaration d’intention très sérieuse.

« Mark Jeffrey’s story, » un condamné du Cambridgeshire du 19ème siècle, est racontée dans la chanson suivante. Écrite avec la vigueur d’une ballade de Broadside, elle est digne d’être sifflée et les détails de la personnalité sont nombreux. Joshua ajoute une fois de plus de la couleur dans le livret intérieur : « Mark Jeffery s’est retrouvé face au diable lui-même alors qu’il travaillait comme fossoyeur. Et maintenant il a sa propre ballade, « Quel type ! » Nous sommes de retour sur un terrain plus terrestre avec « Invisible Wings », un hymne acoustique sincère aux familles inspirantes. Mais « Mark Jeffrey’s story » ne peut pas laisser son imagination débordante s’éteindre tant qu’il n’a pas atteint un scénario improbable (en partie représenté sur la couverture) où il ferme les yeux sur une biche effrayée qui a surpris deux sinistre personnages tenant des fusils en train d’explorer une forteresse en ruine près de Harewood House dans le Yorkshire. Cette scène est basée sur un événement réel avec sa partenaire Fe, dont la présence dans la scène fantastique est représentée par un chant magnifique de Frances Sladen, bien que typiquement pour Joshua, il la raconte comme une scène de livre d’images d’un conte de fées honoré par le passé.

Il convient de noter que Joshua est également un multi-instrumentiste, ce qui explique certains des changements de forme et de style les plus surprenants qu’il peut exécuter avec facilité. Dans « Let Me Fall Dow » », il découvre son Billy Joel intérieur sur un piano Steinway Grand Piano et il est capable d’insuffler un peu de drame dans ces touches. « Outside » revisite le mode ballade au piano et à la guitare acoustique, en méditant sur quand vous feriez n’importe quoi pour aider ceux que vous aimez. « Look At Us Now » est la deuxième ballade de l’album sur les transports (l’autre étant « The Ballad Of Mark Jeffrey »), cette fois-ci en envisageant un futur à la Elon Musk où les humains habitent une autre planète. Le piano est à nouveau joué avec une théâtralité de vrai classiciste sur le numéro de clôture « Two Stars », il fait penser que Burnell en a probablement assez dans son casier pour écrire un jour une comédie musicale de scène. En substance, je pense que ce que j’admire le plus chez Joshua Burnell, c’est qu’il mène le bon combat pour nous tous, les amoureux du folklore, en prenant des risques et en tendant audacieusement la main pour attirer l’attention et l’imagination de notre communauté, qui n’est pas seulement déjà gagnée. La méthode de son ambition est de créer une musique brillante et accessible, débordante d’idées, d’images et d’une capacité assurée à la mélodie et à la structure des chansons, on ees sincèrement qu’il attirera l’attention de beaucoup d’autres personnes à l’avenir. Remarquable.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.