Rosetta Stone: « Cryptology »

La réémergence de Rosetta Stone a été un développement bienvenu mais qui se construit lentement. L’annonce surprise, l’année dernière, d’un nouvel album sous le nom, assermenté pendant tant d’années (plus goth que le goth) par le compositeur et interprète principal Porl King, a été quelque peu atténuée par la prise de conscience du fait que Seems Like Forever était composé de matériel réenregistré, publié à l’origine par son projet niommé « miserylab ». Si Seems Like Forever était une épreuve de force ; une tentative de King pour trouver un équilibre entre les différentes périodes de son travail, Cryptology est une démarche plus grandiose. C’est le premier disque de Rosetta Stone depuis 25 ans. Il s’agit d’une reconnaissance du passé et de l’avenir de la « roche sombre », de la place de King en son sein et de son importance par rapport au cauchemar actuel dans lequel nous sommes tous piégés.

Ce qui est peut-être le plus excitant sur ce disque pour les auditeurs de longue date, c’est la façon dont King a réussi à fusionner les sons fondamentaux de Rosetta Stone non seulement avec son propre travail intérimaire et annexe, mais aussi avec les récents développements du post-punk gothique et sombre en général. Presque entièrement dépourvu de Sisters-ism (dont RS n’a jamais été aussi coupable que beaucoup de ses pairs des années 90), Cryptology donne l’impression que King se familiarise à nouveau avec les sons et les ambiances plus larges du rock gothique de tout le spectre. Le minimalisme agile et condamné de Forever Grey est suggéré par le déroulement glacé de « Valiant Try », et une bouffée de Cold Cave qui se penche sur leur côté le plus darkwave sur « In Blac » ». On retrouve un peu partout des similitudes avec des artistes comme Double Echo, Terminal Gods, Twin Tribes, Lebanon Hanover et d’innombrables autres artistes actuels qui se sont probablement inspirés directement des premiers disques de Rosetta Stone. Bien qu’il s’agisse sans aucun doute de King travaillant dans un milieu gothique, ce n’est pas le son dudit King lui essayant de recréer ses anciens sons ni feignant l’ignorance de la façon dont les choses ont évolué depuis la fin des années 90.

Heureusement, il n’est pas nécessaire d’approcher Cryptology comme un lanceur d’alarme gothique pour l’apprécier. En mariant l’instrumentation dépouillée de « miserylab » à un travail de guitare agile, on finit par obtenir des morceaux sacrément accrocheurs. Les mélodies simples et tourbillonnantes de « Smoke & Mirrors » ont tout le charme de n’importe quel hymne gothique ou punk de la paix que vous voudriez nommer, qu’il soit nouveau ou ancien. Et malgré l’instrumentation souvent minimaliste, il y a un sérieux poids de rock derrière la pulsation et le dynamisme des morceaux de Cryptology, ce qui suggère peut-être Killing Joke and the Lorries.

King a également procédé à de légers ajustements de son chant : le désespoir qui transpire dans « Valiant Try » et » »With This [I’m Done] » a le même ton las des classiques comme « The Good’s Gone » et « Come Hell Or High Water », mais tempéré par l’âge et l’expérience. Le plus souvent, il utilise ces chants pour aborder les crises actuelles : l’introduction « Shock » nous rappelle qu’une nation qui a vu les émeutes de Londres, l’incendie de la tour Grenfell et Brexit (dont certains ont été directement abordés par King via miserylab) au cours de la dernière décennie ne peut plus feindre la surprise face aux effets de l’austérité et du racisme. Même lorsqu’il ne s’adresse pas directement à l’actualité, il y a des chevauchements intéressants entre le personnel et le politique : l’inventaire réfléchi de « I Put It To You » montre que King veut tourner la page sur ses anciennes vies et réalisations musicales, mais les vagues lacunes connote maintenant la futilité de se languir de la période pré-COVID.

Porl King a apporté une quantité incroyable d’histoire personnelle et musicale à Cryptology. L‘année dernière, jon pouvait espérer que Seems Like Forever pourrait être un nouveau matériel sous la bannière de RS qui se sert des styles plus récents de King, et ce disque fait les deux tout en reliant les points entre le passé et le futur des gothiques. Nous sommes en 2020. Tout est en feu et tout est politique, y compris le rock gothique, et on peut être heureux que Rosetta Stone en soit partie prenante. Hautement recommandé.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.