No Joy: « Motherhood »

Le disque le plus hybride du groupe montréalais à ce jour, mélangeant le milieu des années 90 (shoegaze, nu-metal et dance music) en un seul seau daylgo.

Jasamine White-Gluz nous raconte que son inspiration principale pour le nouvel album de No Joy, Motherhood, remonte à 1998. « J’étais au lycée et la musique semblait n’avoir aucune limite », dit-elle. « Quand vous regardez quels albums sont sortis entre 1997 et 1999, c’est assez fou. Les labels avaient encore de l’argent à consacrer aux albums, et les artistes prenaient des risques tant sur leurs albums que sur leurs visuels. Les chaînes de télévision musicales diffusaient encore des vidéos, et beaucoup de ces albums étaient accompagnés d’histoires visuelles incroyables. Il y avait un hybride entre l’électronique et le rock. Tout est en quelque sorte tombé dans un melting-pot expérimental, juste avant le millénaire, rempli d’anxiété mais aussi de calme. La nostalgie a ses limites, mais je voulais essayer de me souvenir de ce que c’était que d’entendre quelque chose comme Air à la radio/télévision grand public et de sentir mon cerveau d’adolescent exploser ».

Melting pot est un bon mot pour décrire la maternité, qui liquéfie shoegaze, nu-metal, trip hop, « electronica », you-name-it, en une explosion cérébrale trippée et dayglo. Et aussi : beaucoup, beaucoup de slap bass. Par exemple, « Four » s’ouvre sur une armée de guitares surmenées qui se rassemblent, patiemment, et qui construisent, construisent et construisent. La tension monte et on s’attend à ce que des tambours tonitruants viennent s’écraser, mais ils se transforment en un échantillon vocal plein d’âme et la chanson se transforme en un groove jazzy et décontracté qui aurait pu se trouver sur un disque de Kruder & Dorfmeister, avec le chant mielleux de Jasamine qui chante « Just keep callin’ me bab » » sur des arpégiations squelchy de style acid-house. Puis, quand vous êtes tout heureux, l’assaut des guitares de la rivière revient en force.

« Dream Ratz », qui met en scène la sœur de Jasamine, Alissa White-Gluz du groupe de death metal mélodique Arch Enemy, est peut-être la chose la plus heavy que No Joy ait jamais faite, tout en tissant des harmonies et des textures éthérées parmi les riffs écrasants, les grosses caisses et les voix dures. L’ensemble de Motherhood se joue de manière si fluide, ce qui en fait un disque sans précédent pour No Joy. Peut-être un disque que personne n’a jamais fait auparavant, un disque qui parvient à éviter la nostalgie grâce à une pure énergie du coup de fouet. Votre cerveau ne traite peut-être pas totalement ce qui se passe la première fois que vous l’entendez mais, sans aucun doute, c’est une explosion. Ce qui, pour No Joy, signifie probablement que la mission est accomplie.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.