Bully : « Sugaregg »

« Je veux être en contact, me sentir un peu moins déconnectée sans la béquille », s‘écrie Alicia Bognanno de Bully au milieu des guitares déchaînées sur « Stuck in Your Head » (« I wanna be in touch, feel a little less disconnected without the crutch). Le sentiment n’est pas un appel à l’aide gémissant comme cela pourrait paraître, mais plutôt une déclaration frustrée, comme si Bognanno voulait se tourner vers le passé et lui arracher sa perte de contrôle. Ce qui suit sur Sugaregg, son troisième album, est un grunge vif mais bilieux elle illustre sa désorientation avec une vie en perpétuel changement et en se libérant de traditions étouffantes.

Un sentiment de liberté d’esprit est présent sur e disque, presque nostalgique et enfantin, un changement de ton par rapport au deuxième disque plus dense du combo, un Losing sorti en 2017. Malgré cela, l’album ne craint pas les explorations plus lourdes. Bognanno cite le traitement de son trouble bipolaire II pour avoir altéré sa perception d’elle-même et sa capacité à créer de la musique, avec la désensibilisation lente à la douleur sur « Prism » et la lente combustion de « Come Down » comme reflets de cet état d’esprit.

La désorientation et l’ennui de Bognanno ne manquent cependant jamais d’âme ni de punch. Le « single » « Where to Start » s’inspire du classique «  Tubthumping » intérprété par Chumbawamba, ce qui est évident dans des chants, qui, à travers le disque et la discographie de Bully, sammplifie cette démarche d’une seule notre qui convient d’être marmonnée d’une voix râpeuse. Les sons du disque n’en sont pas moins une bouffée d’air enivrante – un mélange rafraîchissant de brut et de propreté.

Au milieu de ces bruits grinçants, Bognanno insite sur son envie de briser le moule, surtout en tant que femme, avec les titres « Every Tradition » et « Not Ashamed » qui insistent sur son désintérêt à se conformer aux attentes de la vie que les autres lui ont présentées. En bref, Bully sait comment faire de la musique pour se sentir jeune et totalement désorientée, parfois désespérée, et finalement, complètement vivante.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.