The Mute Gods : « Atheists and Believers »

En quelques années seulement, The Mute Gods – le trio de Nick Beggs, Roger King et Marco Minneman – a rassemblé un catalogue impressionnant de chansons qui mettent en valeur non seulement la musicalité avancée des musiciens du collectif, mais aussi une perspective lyrique toujours aussi sombre qui pourrait rivaliser avec le plus lourd de l’industrie. Alors que Tardigrades Will Inherit the Earth en 2017 était une sortie plus sombre et plus agressive que le premier Do Nothing Till Hear From Me en 2016, Atheists and Believers marque un changement vers un état d’esprit encore plus ésotérique mais non moins dénonciateur ou prudent ; fidèle au nom même du groupe, ce troisième album aborde la nature malhonnête et carrément calomnieuse de la religion et de la politique, tout en pointant le doigt proverbial sur une population trop heureuse de renoncer à la pensée rationnelle et intelligente pour un faux confort. C’est particulièrement le cas de l’épopée et de la symphonique qu’est « Twisted World Godless Universe », dont les parole «  Tu es fait pour tout foirer, C’est tout ce que tu fais » (You’re designed to screw, it’s all you do) prennent un double sens, en se référant non seulement aux menteurs, mais aussi à ceux qui sont prompts à les croire. Tel a été le modus operandi des diatribes de Begg sur les trois albums du groupe, le venin thématique étant compensé par les arrangements luxuriants et progressifs qui démentent l’attrait inhérent des morceaux.

Par exemple, les rythmes bégayants d’ « Iridium Heart », renforcés par une guitare trapue, une basse douce et les leads fluides du synthétiseur de King, évoquent un ton pernicieux mais résolument pop sous le chant guttural de Begg, tandis qu’ue accroche spatiale et quelques passages mélodiques intrigants et plutôt décalés relèvent du domaine du progressif/rock, la chanson se terminant par la ligne « Regarde ce qu’on t’a appris » (Look at what you were taught) comme pour accuser l’auditeur du genre de complaisance que cet album critique.

De même, des titres comme « Envy the Dead », « Knucklehead », l’instrumental « Sonic Boom » et même la première piste du titre incorporent des éléments de diverses formes d’electronica, de la drum & bass à la beatbox et un peu d’industriel, pour ajouter une couleur tonale au milieu des styles de rock plus purs, « Envy the Dead » étant particulièrement inspiré alors que le pont prend une allure carnavalesque avec un spoken word sinistre qui donne naissance à un joli solo de clavier tout droit sorti de la scène prog des années 70. Le légendaire Alex Lifeson de Rush prête son talent avec des couches cristallines de guitare acoustique et de mandoline sur « One Day » alors que Beggs chante « Life is a chemical reaction », ce qui constitue l’un des points culminants du disque, tandis que les sons sereins des flûtes, du saxophone et de la clarinette basse de Rob Townsend sur des moments plus calmes comme « Old Men » et le « I Think of You » qui clôt le disque empêchent le processus de trop s’enfoncer dans le genre de rage nostalgique qui a défini une grande partie de l’album précédent. Bien qu’il ne s’écarte pas de façon spectaculaire des deux premiers albums, Atheists and Believers est probablement mieux perçu comme la conclusion d’une trilogie, un cycle d’introduction à la marque de pop/rock progressive de The Mute Gods. L’urgence lyrique n’est pas moins évidente, bien que cet album permette à la musicalité de briller avec un ton plus brillant et plus réfléchi qui attire l’attention sur le sens de l’ironie et de la colère de Begg ; néanmoins, on ne peut pas écouter The Mute Gods et dire qu’ils n’ont pas été dûment  avertis.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.