Saskia: « Are You Listening ? »

Are You Listening ? est le quatrième album de l’auteure-compositrice-interprète londonienne Saskia Grffiths-Moore et il marque un véritable avancement d’un talent exceptionnel.  Le disque est une collection du meilleur de son répertoire des cinq dernières années et, à la différence de sa précédente production, Are You Listening ? est (à la seule exception d’une merveilleuse reprise de l’hymne « Hallelujah » de Leonard Cohen) entièrement son propre travail.  C’est un album exceptionnel, rempli de chansons vraiment excellentes, toutes magnifiquement interprétées et superbement produites. 

Dans une vie antérieure, avant de décider que sa voix claire et chaleureuse et ses paroles qui font réfléchir devaient être partagées avec le reste de l’humanité, Saskia était une thérapeute de Harley Street et, mon garçon, cette expérience n’imprègne-t-elle pas son écriture de chansons. Ces chansons sont empreintes d’une profonde compréhension des émotions humaines et d’une capacité à trouver des raisons d’espérer et d’être optimiste, même dans les situations les plus pénibles. L’écoute de cet album est une expérience réconfortante et revigorante.

Il n’y a pas de solo éblouissant ni de trucage en studio ici.  La caractéristique principale de chaque chanson est la voix enchanteresse de Saskia, rehaussée par ses propres auto-mutilations et construite sur un simple accompagnement de guitare acoustique. Le tout est subtilement rehaussé par David Ian Roberts à la guitare, Thomas Holder à la contrebasse, Ali Petrie au piano, Gabriella Swallow au violoncelle et sur le morceau « These Hours Only », une autre contribution à la guitare de l’auteur-compositeur-interprète australien Cooper Lower.  Susanne Marcus Collins a fait un merveilleux travail de production, offrant un son propre et respectueux, en parfaite adéquation avec ces grandes chansons.

L’album commence comme il faut pour continuer. Un joli passage de guitare acoustique conduit au premier des magnifiques passages vocaux d’harmonie, Saskia offrant un sage conseil à ceux qui s’apprêtent à l’écouter : « Are You Listening? Focus on my voice. ». Le son est doux et les paroles sont réfléchies ; un véritable avant-goût des délices à venir.

« In Time » est une belle chanson, avec des paroles qui donnent de sages conseils pour aller de l’avant sans oublier les leçons du passé. « These Hours » fait référence de manière douce et rassurante à la gestion d’une relation stable en acceptant de manière pragmatique que les hauts et les bas sont inévitables. « The Presence » est obsédante et poignante avec des paroles qui prennent une résonance particulière en ces temps ravagés. « Write Me a Song » est un numéro fantastique qui, avec son accompagnement de guitare au doigt, son contenu lyrique et sa prestation vocale rappelle fortement Joan Baez à son apogée.  C’est une chanson qui n’aurait pas été déplacée dans le cadre d’un club folk des années 60 et qui serait un bon candidat pour le single principal de l’album.

« Best Of You » est la première des deux nouvelles compositions de l’album et c’est un conseil de vie merveilleusement contemplatif en particulier la ligne où la vocalistenous dit « Ne cédez pas aux préjugés – nous sommes tous d’une même espèce » (Don’t give in to prejudice – we are all of one kin ).  Et, en effet, nne le sommes-nous pas ?.  La deuxième des nouvelles chansons est « Come Comfort Me » ; c‘est probablement le titre la plus sombre de l’album, avec des paroles qui plaident pour le confort dans une situation sombre, voire mortelle.

« After » est probablement une des plus belles chansons de séparation avec des paroles reconnaissent la douleur de la séparation et exprimant un désir : celui d’absorber cette douleur tout en s’accrochant à l’optimisme d’une réconciliation heureuse. »  Sur Bring It Down », Saskia évoque Joni Mitchell avec son chant d’un morceau d’auto-analyse provocateur qui culmine dans la splendide phrase « Opening up is not so hard ». 

« Wash it Away » reflète, sur un fond champêtre de guitare grattée, la nature fugace et transitoire de la vie et fait courageusement face à l’inévitabilité d’une mort qui arrivera avant que nous ne soyons prêts. Il donne le réconfort suivant : « Nous ne supporterons pas nos pertes, mais nous ne conserverons pas non plus nos gains » (We won’t bear our losses, but neither will we keep our gains).

L’album se termine par cette version sobre, respectueuse et élégante de « Hallelujah ;apparemment la première chanson que Saskia ait jamais interprétée en public et qui a continué à figurer dans son set live depuis.  C’est une fin appropriée à un excellent album equ’on ne peut que recommander de découvrir tant cette « dame » est sur le point de devenir une grande star.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :