Julianna Barwick: « Circumstance Synthesis »

Circumstance Synthesis de Julianna Barwick couvre une seule journée. Son dernier album se veut « rendre la forme d’une journée depuis un point de vue céleste », (taking the shape of a day from a celestial vantage), comprend le matin (« Morning »), le midi («Noon »), l’après-midi (« Afternoon »), le soir (« Evening ») et la nuit (« Night »), et tous présentent des opportunités musicales uniques. Sur ces cinq morceaux, ses arrangements vocaux changent et se transforment, en synchronisation avec le cycle de la journée et le transit de la Terre, leurs différentes humeurs et énergies se soulevant et se traînant selon le moment de la journée. Ainsi, le morceau d’ouverture « Morning » est un réveil. Un flot de lumière dorée se déverse. Sa voix est volontairement plus faible et plus fine, passant par les affres entre le sommeil et la conscience. Les yeux sont sombres, la musique aussi.

Circumstance Synthesis est à l’origine une « bande sonore sensible à l’environnement ». Commandée par Sister City, un nouveau venu dans le quartier voisin du magasin de disques Commend de RVNG Intl dans le centre de Manhattan (Lower East Side), la technologie de musique générative de Barwick a identifié l’activité dans le ciel de New York grâce à une caméra installée sur le toit de l’hôtel de Sister City, déclenchant les progressions musicales de Barwick. Alimentée par l’IA de Microsoft, sa partition a enveloppé l’espace du hall de Sister City, se répercutant dans Manhattan.

Le bleu profond de la journée dans toute sa puissance est présent dans « Noon », qui se réveille au grand jour et qui est caféiné, et sa musique dérive vers l’indigo, l’orange et le rose d’une soirée d’été, baignant dans une lueur de coucher de soleil qui n’est pas encore magnifique. La musique générative permet la flexibilité et la spontanéité, ce qui donne un album au flux doux et à la grâce naturelle. Ces qualités ont toujours été présentes dans sa musique, et elle s’y consacre à nouveau. La musique de Barwick encourage les auditeurs à regarder vers le haut plutôt que vers le bas, en prenant un temps d’arrêt pour lever la tête et lever les yeux vers la gloire du monde naturel. Même dans la jungle de béton d’une métropole comme New York, on peut sentir la présence de la nature (Central Park n’en est qu’un exemple). La voix de Barwick est plus luxuriante que jamais, et sa voix porte une tonalité qui rafraîchit et détend même dans son environnement urbain. Recouverte d’une réverbération, sa voix fait partie de l’air ; des soupirs élémentaires.

Les sons stroboscopiques du soir contiennent des couleurs lumineuses, et lorsque la lumière du jour s’estompe, la musique perd sa chaleur corporelle. Elle se refroidit et finit par conduire à une nuit plus calme et plus clairsemée. Seule une poignée de notes illuminent ce morceau, un amas de lumières dans un quartier endormi. Sa voix est capable d’irradier autant de lumière et de beauté que les étoiles qui se rassemblent.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :