Library Tapes: « The Quiet City »

Comme l’indique son intitulé, The Quiet City offre une tranche bienvenue de musique classique moderne tirée des Library Tapes de David Wenngren. Le projet a maintes fois donné des résultats exceptionnels, mais il y a quelque chose de remarquable dans cette sortie et sa musique la place au-dessus de ses frères et sœurs. The Quiet City est un lieu de calme et de sérénité. La toxicité urbaine et le poison du langage politique ne sont plus à l’ordre du jour. Le monde tel que nous le connaissons actuellement est mis en sourdine, et cela ne peut pas être une mauvaise chose. Tout égoïsme, comme le refus de porter un masque en pleine pandémie à cause d’une menace perçue et absurde pour la liberté d’un individu, ne fait plus la une des journaux, car il n’existe pas dans l’écosystème de la musique, qui est vif et éloigné du drame. The Quiet City est un refuge, un disque aussi petit qu’un chalet, mais plein de tant d’âme, de vie et de couleurs qu’il devient un véritable foyer, et un foyer pour la vie. Son rythme plus lent a été intégré à un phrasé intelligent, et Library Tapes contrecarre le déclin de la civilité et de la voix de la raison avec une musique superlative.

Malgré son titre, les compositions de Wenngren sont évocatrices de l’Angleterre rurale. La musique se déplace « Through the Woods » et passe à « Brighter Lights », indiquant le rural au milieu de l’urbain, et un petit cimetière bien entretenu juste à côté d’une route principale ou d’une rue secondaire. Ces petites zones isolées nourrissent et arrosent le piano, et la musique offre un sanctuaire de calme alors que les notes sont dispersées dans les zones métropolitaines. Les cordes dégoulinent sous une pluie froide et font tourner les brins d’herbe d’un vert plus vif.

Wenngren est rejoint par Akira Kosemura, Julia Kent, Hoshiko Yamane, Michael A. Muller et Olivia Belli, qui apportent tous leurs talents au disque. Un désir désespéré de revenir à une époque meilleure semble être dans l’esprit de la musique. Le retour est comme un thème : retour à la terre, à une période plus douce, à une époque plus calme, à l’époque où le monde n’était pas si bruyant, désorientant ou angoissant. « It Wasn’t Always Like This » est une piste émouvante là où les cordes montent progressivement, douloureuses au vibrato, tandis qu’une texture ambiante plus fine s’efface, enroulant son bras autour des cordes et les réconfortantes, pleurant la perte et l’irrécupérable. Les cordes et le piano, qui libèrent l’esprit, oxygènent la musique, comme un éparpillement d’arbres, et une mélodie d’ambiance plus profonde les traverse, enrichissant et nourrissant la musique et assurant l’équilibre lorsque les cordes ne sont pas utilisées. The Quiet City est timide et pourtant incroyablement expressive. Elle n’a pas besoin de crier sur les toits, et c’est là que réside son charme.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.