bdrmm: « Bedroom »

bdrmm est un quintette de Hull, en Angleterre, et il est peut-être l’ensemble musical le plus chargé en consonnes de la planète en ce moment. Mais ce qui leur manque peut-être dans l’utilisation des voyelles, ils le compensent largement dans le domaine de la musique.

C’est une introduction captivante pour le groupe, qui est sorti de ses humbles débuts dans l’East Yorkshire en 2016 pour sortir le « single » « Kare » deux ans plus tard. Il n’est pas étonnant qu’ils aient été signés sur un label bien établi très tôt après avoir reçu de nombreuses critiques élogieuses. Ainsi, lorsque l’estimé label indépendant Sonic Cathedral Recordings a fait appel à nous, l’alliance entre bdrmm et le label est née.

L’année dernière un EP a fait du combo l’un des nouveaux groupe à guitares les plus excitants et prmetteur du Royaune-Uni et Bedroom, leur premier LP, rconfirme pleinement sa promesse tout en laissant entrevoir des choses encore plus grandes à venir. Le titre, qui explique le nom du groupe en anglais plutôt qu’en langage textuel, démontre une maturité qui va bien au-delà de ce que leur surnom suggère.

Composé de 10 titres, Bedroom donne l’impression d’être transporté dans un drame de cuisine où se mêlent des histoires de grossesse non planifiée, d’abus d’alcool, de santé mentale et les montagnes russes générales de la vingtaine dans l’Angleterre post-Brexit qui se retrouvent noyées dans un paysage sonore chatoyant qui rappelle l’époque d’Oshin DIIV, de Deerhunter ou même The Cure dans leur version la plus grandiose et la plus ambiante.

Bedroom est une sorte d’album concept qui change d’ambiance à chaque tonalité, qu’il s’agisse de l’ouverture instrumentale subtile « Momo » ou de sa transition vers les hauteurs vertigineuses de « Push/Pull ». Le couple délirant de « Gush » et « Happy » est pris en sandwich au milieu, et se retrouve écrasé dans « (The Silence) », un autre instrument sombre (cette fois-ci) qui sert de tampon pour la suite.

« If…. » »reprend le rythme avant que l’avant-dernier moment épique de Bedroom, « Is That What You Wanted To Hear ? », ne conduise à un dernier crash où l’album s’arrêtera. Le prochain chapitre de ses créateurs semble être sur le fil du rasoir, laissant tout le monde en suspens après ce « debut » album confiant et assuré qui exige une suite.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :