The Coronas: « True Love Waits »

Vers la fin de l’année 2019, le guitariste Dave McPhillips a décidé de quitter le groupe après avoir été avec les Coronas pendant plus de dix ans. Malgré la réaction mélancolique, cette nouvelle reçue des membres restants du groupe et des fans n’a pas empêché la productivité musicale ni les tournées prévues en 2020 au Royaume-Uni, en Europe et aux États-Unis. Malheureusement pour ce trio désormais irlandais, la majorité de ces dates de tournée ont été annulées en raison du virus mondial dont ils partagent le même nom, auquel le frontman Danny O’Reilly a réfléchi.

The Coronas sont un groupe qui cherche toujours à se remettre en question et à rester sur sa faim alors que O’Reilly réfléchit à « l’incroyable montée d’adrénaline » et à « la connexion que vous ne pouvez pas obtenir… dans une arène ». Tout en admettant qu’ils changeraient de nom s’ils étaient plus récents et s’ils n’étaient pas déjà connus, les choses auraient pu être pires s’ils avaient conservé leur nom initial de groupe Corona, que The Coronas’ a changé pour éviter toute confusion avec le groupe de danse des années 90 qui a connu un succès retentissant avec « Rhythm of the Night ».

Néanmoins, l’engouement pour le sixième album s’est exacerbé avec l’augmentation du nombre de titres sur Spotify. Le groupe s’est vanté d’avoir utilisé de vrais cuivres pour la première fois et d’avoir recruté le « jeune » producteur George Murphy pour injecter des idées nouvelles et fraîches afin de refléter « un groupe qui mûrit, qui arrive à l’âge adulte tout en ne jouant pas trop prudemment ». À en juger par la pochette de l’album (qui présente une figure du style Matisse sur une toile de fond minimaliste des débuts de l’ère moderne) et le « single » « Find the Water » enregistré au parc national de Joshua Tree en Californie, on peut s’attendre à un développement et une maturité musicale.

En ouvrant avec une chanson qui partage le même titre que ce LP, on n’est pas séduit par les guitares diluées, et on est sans émotion et sans passion, ce qui donne un son terne et sans mordant. Malheureusement, la majorité des morceaux suivants ne parviennent pas à donner un élan à ce faux départ. L’intro fade et mécanisée au piano sur le fait d’être « Cold » avec des percussions distinguées mais étouffées sur le fait d’être seul sans partenaire ne parvient pas à susciter des émotions humaines. Malheureusement, ces défis font que l’auditeur n’est pas touché par cette expérience probablement douloureuse et personnelle. De même, « Heat of the Moment » manque d’intensité et les touches de synthétiseur, la batterie diluée et les guitares acoustiques sont toutes imbriquées les unes dans les autres, à tel point qu’il est difficile de retracer les différents éléments individuels qui composent cette chanson. Le principal problème est que la chanson incite rarement à s’y intéresser.

Il y a des poches d’espoir où l’on voit une réanimation réussie. Le deuxième morceau, « Never Ending (On Your Side) », comporte des riffs de piano impressionnants qui complètent ceux de « Smokers Outside the Hospital Doors » et de Death Cab pour « I Will Possess Your Heart » de Cutie. Le feu et la passion qui manquent au premier morceau sont libérés et renforcés par une injection de vrais cuivres (comme promis par le groupe) sans pour autant atteindre un crescendo et monopoliser ce morceau aux couches élégantes. « Brave » impressionne également en sonnant comme une version teintée d’irlandais et plus mainstream d’une ballade au piano de Bright Eyes. La force réside dans la détection d’un sentiment et d’une inquiétude véritables dans le fait de vouloir « vous entendre crier ». L’avant-dernier titre, « Light Me Up » dispose d’un rebondissement accrocheur servi par le rythme de la batterie et de la guitare comme « Crash and Burn » de Savage Garden.

Malheureusement, la majorité des sons vous rappellent d’autres chansons sans créer d’exaltation, comme « Haunted » qui ressemble à « Jealous » de Nick Jonas et « Need Your Presence » qui résonne comme « Halo » de Beyoncé. Si « Light Me Up » est un bon titre autonome, le voyage d’écoute décevant pour atteindre cette destination ne semble pas justifié, d’autant plus que le titre de playout « LA at Night » revient à la typographie initiale.

En conclusion, alors que la présence des guitares a toujours été destinée à être minimisée, le piano compense trop souvent sans imagination. Les cuivres ne sont pas pleinement accueillis et utilisés comme un nouvel ami de confiance. Alors que True love Waits ne déçoit pas au niveau des paroles, l’absence d’essence musicale dans les chansons, y compris « Find the Water », fait que l’on ne veut pas faire d’effort pour essayer de déchiffrer la métaphore que représente l’eau.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :