CMON: « Confusing Mix Of Nations »

Bien qu’ils viennent de sortir leur premier album, le duo CMON n’est pas un nouveau venu sur la scène musicale. Auparavant, deux morceaux du groupe de rock alternatif Regal Degal, Josh Da Costa et Jamen Whitelock, étaient connus pour leur esthétique rock psychédélique insaisissable et en constante évolution. Costa et Whitelock transmettent à CMON la même palette musicale et le même esprit ludique. Leur premier album, Confusing Mix of Nations, marie des éléments nostalgiques et futuristes, donnant naissance à une œuvre unique et passionnante.

CMON utilise au maximum les guitares et le chant spatiaux familiers, tout en accentuant leur composition par des choix de production audacieux et accrocheurs. Sur le morceau d’ouverture de l’album, « Coo », les synthés inspirés par la réverbération des années 80 s’associent à la batterie pour créer un groove hypnotique. Si le groove est impressionnant en soi, la chanson est plus intéressante lorsque le groove est interrompu par les bruits industriels inattendus de la section breakdown.

« Zoo » montre également cet esprit. Cette chanson pop atmosphérique et nostalgique utilise avec goût les ruptures dans ses motifs mélodiques pour jouer avec une intensité subtile. Le titre infectieux « Mindboggling » montre leurs talents de producteurs dans ce savoureux mélange de pop beat direct et de mélodies vocales douces avec des synthés abrasifs et des cris frustrés. La capacité de CMON à mettre en place des motifs répétitifs accrocheurs et leur tendance à perturber ces répétitions, et donc les attentes, font que les compositions sont incroyablement engageantes.

Ce motif de répétition/perturbation n’est que la surface du sens aigu de la composition de CMON. Au fond, les points forts de Confusing Mix of Nations sont réussis parce qu’ils sont ludiques, audacieux et avant-gardistes. « Celluloid » illustre cet esprit. Alors qu’il existe d’innombrables groupes qui s’accrocheraient fermement au beat énergique et aux guitares spatiales du morceau pendant toute la durée de leur album, CMON décide de ne pas ennuyer les auditeurs, et cela les distingue.

Incarnant des techniques issues de l’expérience du duo en live, la section breakdown contient des échantillons vocaux déformés et hachés qui dansent avec les percussions imaginatives et cliquantes pour faire un refrain désorientant mais accrocheur et futuriste. Dans « Base », la ligne vocale intentionnellement monotone et robotisée joue le rôle de second plan sur les tambours et les synthés qui attirent l’attention, ne revendiquant le devant de la scène que vers la fin lorsqu’elle est agrémentée d’audacieuses harmonies métalliques. Chaque fragment mélodique de « Base » tient son propre poids, mais s’assemble également pour créer une fugue attachante.

Si Da Costa et Whitelock ne sont pas des étrangers pour les fans de musique, leur premier effort en tant que CMON, à savoir Confusing Mix Of Nations, vient comme une bouffée d’air frais. L’album combine des instrumentations nostalgiques avec des choix de production futuristes tout comme il mélange des éléments psychédéliques familiers aux fans de Regal Degal avec des grooves serrés et orientés vers la pop. Confusing Mix Of Nations établit CMON comme un groupe à suivre dans le monde de la pop alternative.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.