Hudson Taylor: « Loving Everywhere I Go »

a musique a une façon unique de déclencher des réactions émotionnelles chez les gens. Si une collection de chansons vous donne constamment envie de pleurer un moment et de danser le suivant, alors vous avez un album solide.  C’est exactement ce que fait la dernière création d’Hudson Taylor, Loving Everywhere I GoIl s’agit ici du  deuxième album des frères irlandais. Tout comme leur opus de 2015, Singing for Strangers, Loving Everywhere I Go comporte des éléments de folk-pop et de rock et d’ailleurs, à ce propos, le duo espère que chaque chanson pourra encourager les gens à être plus ouverts d’esprit.

Loving Everywhere I Go met magnifiquement en valeur la dualité musicale du tandem. Leur voix et leurs instruments évoquent une atmosphère à la fois émotionnelle et festive. Quel que soit le côté du spectre où leurs chansons vous emmènent, l’harmonisation caractéristique d’Hudson Taylor et la sincérité des paroles sont toujours au premier plan. Les chansons les plus gaies de l’album parviennent à capter une énergie jeune et enfantine. Dans des chansons comme « Favourite Song » et « Pray for the Day », la batterie et autres instruments de percussion s’entrechoquent pour créer un tempo entraînant. Les refrains des chansons ressemblent à des acclamations festives et « Back To You » sdélivrera ainsi une version rafraîchissante et joyeuse de ce que pourrait être votre chanson classique de rupture.

Les voix aiguës du duo glissent sur le « Oh oh oh » »du refrain, et sont accompagnées de rythmes rapides de tambourin et de guitares. Le morceau crée une attitude insouciante malgré les paroles, « It’s really breaking my heart, I never got over you. »

Pour chaque titre énergique de l’album, il y aura une chanson douce et émotionnelle. Des morceaux comme « I Will Be There for You » et « Just Like That » montrent bien pourquoi le duo est souvent considéré comme le prochain Simon and Garfunkel. Leurs voix sont douces et se fondent l’une dans l’autre en un temps et une harmonie parfaits. Les instrumentaux sont réduits à une simple mélodie de piano ou de violon. Le morceau le plus triste de l’album, « Nothing but a Stranger », reflète une relation brisée. La douleur de se sentir trahi par une personne est apparente lorsque Alfie chante « Maintenant tu n’es plus qu’un étranger, tu étais si familier que je ne te connais même plus » (Now you’re nothing but a stranger, you were so familiar, I don’t even know you now). Dans ces chansons simples qui ressemblent à des berceuses, on peut ressentir tout le poids émotionnel des paroles.

L’album a peut-être mis trois ans à Hudson Taylor pour être réalisé, mais le résultat en valait la peine. Les deux hommes ont réussi à créer une musique qui évoque un sentiment d’intimité entre un artiste et ses auditeurs. Il est clair que Loving Everywhere I Go est le produit de deux frères qui écoutent leur esprit et parlent avec leur cœur.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :