Robin Schlochtermeier: « Spectral »

Robin Schlochtermeier est un compositeur anglo-allemand qui a écrit la musique de plusieurs documentaires et longs métrages primés. De formation classique, sa musique combine souvent des éléments de conception sonore organique (et parfois de synthèse) avec une instrumentation plus traditionnelle (piano, orchestre).

Plus récemment, Robin a composé la musique de The Spy Who Fell to Earth, un documentaire d’espionnage international qui a été diffusé sur Netflix dans le monde entier en 2019. Robin, entre autres, a également composé la musique de Virgin Queen’s Fatal Affair (Royal Television Society Awards), les longs métrages Queens of Syria (Black Pearl Award – Abu Dhabi Film Festival), Retreat (Première au Screenplay Shetland Festival, organisé par le critique de cinéma britannique Mark Kermode), Oh No, Not Rudy Again ! (Festival de Cannes 2015), et Strings (Prix du film indépendant britannique).

Spectral est le premier album solo de Robin Schlochtermeier. C’est un ensemble de morceaux lents, parfois ambiants, qui fonctionnent comme des échos lointains d’expériences enfantines du monde naturel et matériel.

Mon inspiration pour cet album est liée au fait que je suis devenu père récemment, déclare Robin Schlochtermeier. « Alors que la conscience de ma fille se formait, j’ai souvent remarqué un regard étonné sur son visage ou remarqué qu’elle s’arrêtait et fixait un petit détail de son environnement. Cela évoquait souvent en moi un profond sentiment de mystère, et je devenais curieux de savoir ce qui la faisait réagir de cette façon ».

Les compositions de Spectral sont des tentatives pour capturer une partie de cet esprit mystérieux et nébuleux de perplexité et d’émerveillement. « Voir le monde à travers les yeux de ma fille m’a rappelé les expériences que le monde peut produire dans notre esprit lorsque nous sommes ouverts, réceptifs et sans limites », dit Robin. « J’ai commencé à me demander si je ne me souvenais pas à moitié de mes propres expériences du monde, alors que je n’avais pas encore été formé pour le découper en concepts précis ». Il en résulte des titres comme « Lapping », qui, dans son mouvement lent et circulaire, indique un rythme de vie qui n’est pas affecté par les attentes de l’activité, tout en étant ancré dans un sentiment de grandeur et d’émerveillement intemporel.

Spectral a été enregistré sur un piano droit britannique des années 1950 avec des cordes originales usées, qui sont parfois abîmées par du mastic. Les autres éléments sont tous des formes d’électronique et de conception sonore, y compris un synthétiseur logiciel (Retrologue) et des sons programmés sur mesure générés à partir de la banque d’échantillons d’enregistrements originaux du compositeur.

L’un des objectifs de l’album était d’explorer une palette de sons limitée. Certaines pièces ne contiennent que trois couches de sons, tandis que d’autres sont un peu plus complexes. « L’intention était de créer de l’espace et de l’ouverture dans les arrangements », selon l’artiste. « Ce principe m’a également amené à explorer des formes de plus en plus longues. Au fur et à mesure, je me suis senti de plus en plus attiré par des arcs émotionnels plus longs, ce qui a finalement abouti à Spectral ».

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :