Rafael Anton Irisarri: « Peripeteia »

Pour quelqu’un qui ne chante pas, le pivot de l’ambient Rafael Anton Irisarri communique encore beaucoup à travers les titres de cette production – et ceux-ci sont souvent des affaires sombres.

Que la chanson s’appelle « Infinite Stillness » avec son groupe électronique Orcas ou « Burn Me Out From the Inside » avec son duo expérimental connu sous le nom de Sight Below ou « Oh Paris, We’re Fucked » et son rêve d’apocalypse nucléaire d’un disque solo Midnight Colours, Irisarri n’a pas peur d’utiliser sa maîtrise du paysage sonore sans paroles pour mettre en avant des messages qui reflètent les temps sombres et sans compromis que nous vivons. Pourtant, ses efforts en solo et ses collaborations ne sont pas tant des écoutes malveillantes qu’elles sont totalement cathartiques, trouvant leur beauté dans des paysages numériques déchirés. Il n’a peut-être pas fait mieux que sa collaboration de 2017 avec Leandro Fresco, intitulée La Equidistancia. Les superbes couches mélodiques du duo se sont révélées être un véritable cadeau pour les oreilles, ce qui avait valu à ce disque d’être considéré comme un des meilleurs disques d’ambiente/instrumental de l’année.

Toujours prolifique, Irisarri est de retour avec un autre paysage sonore magnifiquement désolé sous la forme de Peripeteia, son premier effort en solo. Appelé dans son communiqué de presse « power ambien », on trouve certainement en effet un sentiment de crainte qui façonne et jalonne Peripeteia, toujours présent dans le travail d’Irisarri mais jamais aussi bien mis en avant. Des vagues de distorsion se perdent dans les chambres d’écho, les murs de bruit blanc passant rapidement au rose puis au rouge sang saturé. C’est une pièce d’ambiance pleine de tension et de relâchement. Sa tonalité austère se reflète dans les titres des chansons, les morceaux étant nommés « Between the Negative Voids » et « Vanishing Points » afin de préparer l’auditeur à une expérience d’écoute brutale et magnifique.

Pour marquer l’occasion, Irisarri s’est donc assis pour dresser la liste de ses disques de la Fave Five, dans la catégorie de ses « cinq albums préférés de tous les temps (At This Time) ». Chaque album sélectionné donne un peu plus d’informations sur son sens dynamique de la texture et de la composition, ce qui le place dans l’une des carrières les plus impliquées et les plus élaborées de la musique d’ambiance qui se poursuit encore aujourd’hui.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.