Kate NV: « Room for the Moon »

La production de l’artiste moscovite Kate Shilonosova est très expressive. Membre du Scratch Orchestra de Moscou et du groupe post-punk Glintshake, collaboratrice d’Angel Deradoorian et de Kate NV, entre autres projets, Kate Shilonosova s’intéresse avant tout aux nuances de la pop et aux possibilités des synthétiseurs. NV s’est toujours comparée à un vaisseau dans le processus de création musicale dont elle fait partie, simplement un corps utilisé par une force musicale plus importante. Cette suggestion de non-intervention sous-représente le détail de sa production, mais elle agit comme une sorte de modestie et permet de libérer son écriture, en évitant un peu la responsabilité pour voir une expression plus large à travers. Le plus révélateur, c’est qu’elle expose sa méthode sensuelle de faire de la musique.

Binasu, le premier album solo de NV sorti sur le label Orange Milk Records de Keith Ranklin, était une pépite urbaine imprégnée de pop, avec une production brillante et des mouvements imprégnés de disco. Для = For, sorti en 2018 sur RVNG Intl., ressemblait à une expérience perdue de Nuno Canavarro avec des motifs minimaux tessellés et des percussions acoustiques sensuelles. Contrairement aux chansons pop de Binasu, NV s’est éloignée du chant sur Для = For, s’appuyant plutôt sur la voix de Buchla. Les deux albums sonnent un peu comme deux continents séparés sur la même planète avec quelques générations de dérive et de ramifications généalogiques entre eux. Loin d’être apparentés, ils sont tous deux transportables, vibrants et bouillonnants de touches personnelles.

Le troisième effort solo de NV, Room for the Moon, puise davantage dans les fantasmes mélodiques de Binasu et prolonge les atmosphères respiratoires de Для = For. NV revient également au chant, cette fois-ci devant un groupe complet, et la proximité de ce cadre peut se prêter à débloquer la curiosité de NV à un autre niveau. Contrairement aux chants déliés qu’elle livre pour « Glintshake », la nature mélodique de NV est ici légère et livrée avec une légère appréhension qui permet une navigation subtile dans les grooves pop. Les comparaisons avec Ann Steel et Lizzy Mercier Descloux sont faciles, une voix stoïque, simple et dynamique, mais ses affections ont une toute autre tapisserie d’inflexions.

Réparti par parties, Room for the Moon semble avoir trop d’ingrédients pour obtenir un son consolidé. NV chante en japonais, en anglais et en russe, hachant chaque langue à travers des grilles minimales d’avant pop sur un casting de synthétiseurs analogiques et une basse réservée mais efficace. La gamme de styles et d’images fait allusion aux programmes télévisés russes pour enfants et aux anime japonais, en exploitant aussi bien les idées folkloriques que les histoires pop. Il y a aussi des nuances de psychédélisme et des atmosphères du « quart monde ». NV ne fait pas fondre ou ne mélange pas tout cela au point de voler les expressions fantômes de chacun et de courir avec elles. Toute une série d’influences sont apparentes à pratiquement n’importe quel moment de l’album, mais on n’a jamais l’impression que c’est un effort fastidieux fait de parties séparées collées ensemble. Room from the Moon est impliqué et fluide, c’est le travail d’une artiste qui canalise des parties plus grandes qu’elle.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :