Grey Daze: « Amends »

Nombreux sont ceux qui, dans le monde entier, continuent de pleurer la disparition prématurée et tragique de Chester Bennington, mais ses fans ont reçu un nouvel album de musique (en quelque sorte) dans lequel ils peuvent s’enliser.

Avant la tragédie, Chester Bennington devait retrouver sa formation d’avant Linkin Park, Grey Daze, dont le catalogue a été compilé et retravaillé pour une sortie intégrale, celle de Amends.

Ce qui est apparent dans « Sickness », et dans bien d’autres titres, c’est la façon dont la puissante capacité de Bennington à utiliser une mélodie pour transcender une chanson médiocre en quelque chose de puissant et de bien plus gratifiant a été immédiatement mise en évidence dès les premiers jours.

« Sometimes » est une autre complainte chargée d’émotion, et n’est qu’un des nombreux refrains qui ont toujours été garantis avec Bennington. Le grunge étant la force dominante de la nature qu’il était au moment de la création de ces chansons, l’influence de Pearl Jam est vraiment très forte.

On se demande même pourtant parfois si l’instrumentation et la production ne sonnent pas un peu trop contemporaines par moments. Si vous voulez que des chansons écrites il y a plus de vingt ans plaisent aux jeunes auditeurs d’aujourd’hui, c’est parfois un peu inutile et incongru.

Cependant, avec « She Shines », cette chanson est un exemple de l’efficacité des techniques de production les plus modernes, et ce remaniement est le morceau le plus proche de Linkin Park, avec des tendances électroniques plus marquées, notamment dans l’intro.

« In Time » met également en avant les récits lyriques personnels de Bennington qui resteront prédominants tout au long de sa carrière. « What’s In The Eye » a un autre refrain mémorable, et l’un des nombreux chants qui terminent certaines chansons ici.

« B12 » sera le seul évident point faible par des similitudes malheureuses avec « We Didn’t Start The Fire » de Billy Joel, et la suppression des origines grunge-punk de la chanson en échange d’un son stéréotypé prêt pour le stadium rock tombe un peu à plat. Quel que soit le sschemin que prennent ces chansons, vous êtes assuré d’avoir beaucoup de vers d’oreille grâce aux nombreux crochets vocaux de ce disque.

En raison de la nature de compilation de cet album et du fait que certaines chansons ont été considérablement retravaillées, tous les aspects de Amends n’allaient pas atterrir, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas beaucoup de points forts. De plus, étant donné les circonstances dans lesquelles cet album est arrivé, vous avez le sentiment que certaines choses sont plus importantes.

Tout bien considéré, cet opus est grand trésor pour les fans dans la mesure où il leur offre une façon d’honorer un artiste dont la la voix a été emblématique pour une génération.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :