Craven Faults: « Erratics & Nonconformities »

Le premier album de la formation électronique Craven Faults est une affaire décidément lente. Les motifs apparaissent et se développent sur des périodes de 10 minutes ou plus, les bourdonnements s’estompent et se concentrent de façon vertigineuse, et ce qui se rapproche le plus des percussions est un bruit sourd occasionnel qui marque une sorte de pouls. Erratics & Unconformities est un disque de six pistes, chacune d’elles étant une vitrine du minimalisme brutal et poignant. La piste d’ouverture « Vacca Wall » présente des oscillations de synthé de durée variable, l’ambiance de la piste passant en conséquence d’un motif de deux notes paniqué à un trois notes plus cérébral, puis à un quatre enivrant. La modulation joue également son rôle, les blips staccato se transformant en larges traînées de néon au fur et à mesure que la chanson avance, et le tout est soutenu par une basse caverneuse qui s’avérera être un pilier du disque.

« Hangingstones » prend une tournure plus bourdonnante, une note chatoyante et un phaser aqueux sont au centre de l’album, tandis que des couches s’accumulent progressivement autour de lui, y compris des harmoniques de grognement, des rythmes croisés et certains des sons sourds susmentionnés. Pendant ce temps, « Deipkie »r impressionne avec une ligne d’orgue fugace et une atmosphère glaciale et mutante qui entraîne l’auditeur dans un voyage avant de terminer le morceau tel qu’il a commencé.

Le milieu de l’album est plus faible, la coda de « Cupola Smelt Mill » étant bien plus intéressante que le reste du morceau et l’arrangement de « Slack Sley & Temple » si dépouillé qu’il commence à ressembler à un test d’endurance abrutissant. Ce sont des moments où la conception sonore n’est pas assez intrigante pour justifier sa répétition, et où le style ambiant perd de son attrait.

Cependant, le morceau de clôture « Signal Post » compense cela par une séquence d’accords enivrante (qui rappelle une version ralentie de « Everything In Its Right Place » de Radiohead) et des embellissements lo-fi, laissant Erratics & Unconformities comme une sortie inégale mais prometteuse.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.