Alice Boman: « Dream On »

L’auteure-compositrice suédoise Alice Boman apporte une ambiance larmoyante à son premier album, Dream On. Les mélodies basses au piano et au synthétiseur qui y sont exposées trouvent un rare pathos : Un endroit qui se situe quelque part entre The Greatest de Cat Power et Blues de Tom Waits et Tom Traubert, et c’est bien triste. Il suffit de lire les titres des chansons pour se faire une idée de tout cela, mais la construction soignée de morceaux comme « Wish We Had More Time » et « This Is Where It Ends » rend difficile de résister à l’envie de passer du temps avec le chagrin.

Si les rythmes dansants de « Don’t Forget » vous procurent un moment de répit, c’est la pulsation de basse énergie de chansons comme « Who Knows et Everybody Hurts » qui vous mettra à nu. La voix de Boman, doucement accentuée, ajoute un air d’innocence à la procédure, rendant d’autant plus pénible la résignation de lignes comme « Is she everything that I am not ». Dream On est conçu sur mesure pour les jours où il semble que le happy end ne vous est pas destiné.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :