Larkin Poe: « Self Made Man »

Larkin Poe, pour les non-initiés, est une formation de bluesy et de roots rock, originaire de Géorgie, formée par les sœurs Rebecca et Megan Lovell. Les sœurs ont commencé à se produire à l’adolescence avec leur sœur aînée, Jessica, en tant que Lovell Sisters dans une tenue bluegrass, mais elles se sont dissoutes en 2009 et les deux plus jeunes ont formé Larkin Poe, du nom de leur arrière-arrière-arrière-grand-père qui était un parent d’Edgar Alan Poe.

Bien sûr, si vous êtes un fan du genre blues, vous n’avez pas besoin de cette introduction car le groupe s’est fait un peu un nom avec son dernier album, Venom & Faith, qui a été nominé aux Grammy. En dehors de leur carrière de groupe de plus en plus réussie, les dames ont soutenu des sommités telles que Conor Oberst et Elvis Costello.

Alors pourquoi chantent-elles, comme elles le font sur la (sorte de) chanson titre de leur nouvel album, « She’s A Self Made Man » ? Il se pourrait qu’elles se considèrent toujours comme se battant pour l’équivalence dans le monde parfois étouffant et plein de saucisses du blues rock. Le groupe est certainement heureux de chanter d’un point de vue masculin dans ses paroles, mais on a l’impression que les sœurs ont aussi un peu de mal à trouver ce qu’il faut pour le faire dans l’œuvre qu’elles ont choisie. Ainsi, tout en célébrant leur succès évident, elles sont conscientes qu’elles ont dû se comporter d’une manière qui est considérée comme masculine, agressive et arrogante. Il s’agit peut-être d’une théorie pseudo-intellectuelle de ma part, car les grooves de l’album ne sont que cela, des grooves, du bon temps, du rock commercial joyeux et radiophonique.

L’agressivité que je mentionne est certainement évidente dans toutes les chansons ici, avec la voix puissante de Rebecca, les coups profonds de la section rythmique de Tarka Layman (basse) et de Kevin McGowan (batterie) et les guitares lap steel de Megan qui tournent librement. Dès le début de She’s A Self Made Man le groupe attaque d’une manière assez semblable à celle des White Stripes, bien que les chœurs de Megan, sympathiques et pleins d’âme, éliminent tout aspect grunge du rock garage et que la production soignée vous enveloppe d’une chaleur rassurante.

Il semble que l’album soit rempli de toutes les meilleures chansons et le deuxième titre « Holy Ghost Fire » est le meilleur. Avec un couplet qui ressemble étrangement à « Godzilla » de Blue Oyster Cult, le morceau n’en est pas moins un méchant brûleur de granges de la country soul. Une fois passée l’envie de chanter « L’histoire montre encore et encore comment la nature souligne la folie des hommes » (History shows again and again how nature points out the folly of men).

Plusieurs chansons, dont « Keep Diggi » », montrent les racines bluegrass du groupe avec un minimum de percussions, des applaudissements qui font le plus gros du travail rythmique, avec une fois de plus, une performance vocale extrêmement puissante de Rebecca. En effet, vous ne trouverez pas de complaintes de bar au cœur brisé sur Self Made Man et, au fur et à mesure de l’album, il prend l’allure d’une collection de « singles » légèrement décevante, car le rythme continue mais la qualité est en retard.

« Back Down South » est l’un de ces éloges aux états du sud et à sa musique que les groupes de cette région apprécient, ce qui oeut parfois irriter. C‘est fait avec les meilleures intentions mais nous savons comment ces choses peuvent être cooptées et aussi, une fois que vous avez entendu « Southern Rock Opera » de The Drive By Truckers, pourquoi vous donner la peine d’y aller, alors que tout a été dit et fait par les meilleurs ? Quoi qu’il en soit, c’est un autre rocker au goût de bourbon qui vous fera vous pavaner sur le sol, comme un coq en chaleur. Montez le son et essayez de ne pas penser aux bouseux.

Le prochain morceau est une autre tranche d’or massif de radio rock. « Tears Of Blue To Gold$ » est un morceau de style gospel très entraînant, dont les paroles sont un souvenir flou et étouffant de l’enfance. C’est un moment irrésistiblement bon enfant et l’un des plus parfaitement travaillés ici.

La seconde moitié de l’albumest plus ou moins la même avec un peu moins de charme. Ce n’est pas comme si vous alliez vous éteindre, et il y a une obscurité séduisante dans des morceaux comme « Every Bird That Flie » » qui vous tiendra en haleine, c’est juste que l’effervescence de ces premières chansons ne semble pas pouvoir se maintenir sur un album complet.

Si vous êtes un fan du groupe, vous voudrez acheter Self Made Man, avec la garantie qu’il vous remontera le moral pendant quatre douces minutes. Si vous êtes un novice en matière de blues, cela vaut quand même la peine de jeter un coup d’œil. Il est préférable de le jouer fort par une journée ensoleillée, lors d’un voyage en voiture vers un bon moment socialement éloigné.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :