Horror Vacui: « Living For Nothing »

Horror Vacui a toujours eu une attitude et une assurance qui ont donné une atmosphère de goth rock classique à son son crossover/ deathrock par ailleurs si éclatant. Sur le papier, il ne devrait pas être difficile d’ajouter un peu de pathos aux thèmes et aux problèmes que l’anarcho/crustpunk traite depuis des décennies si on a toujours considéré le nom du groupe comme un clin d’œil subtil à l’art de Nick Blinko. Mais dans l’exécution, maintenir le panache et le drame gothique dans les hymnes punk et misérabilistes est un exercice d’équilibre délicat. Pour leur quatrième LP, Horror Vacui a supprimé une partie de la fanfaronnade et de la réverbération, ce qui a donné un disque goth-punk incroyablement puissant et mémorable.

Living For Nothing trouve que le groupe met la mélodie et le message en avant dès le début. «  Consolation Prize » galope avec un carillon, un dynamisme instantanément mémorable et une combinaison de rage et de liberté émeuteuse dans ses paroles anti-religieuses. C’est le premier d’une longue série de morceaux qui harmonisent les intérêts gothiques et punk du groupe par le biais du peace punk, un peu comme l’a fait Spectres dernièrement.

Cela ne veut pas dire que le groupe a subi un changement radical : « Lost » et « Living In Tension » offrent un deathrock classique, bien que la réverbération et l’écho de Return Of The Empire et de New Wave Of Fear soient atténués, ce qui permet aux forces mélodiques simples des morceaux de transparaître, et ils n’en sont que plus mémorables. Koppa a également commencé à moduler un peu son chant, s’éloignant parfois de son beuglement caractéristique de baryton pour trouver des sonorités plaintives et tendues qui conviennent aux morceaux plus nuancés. L’album fonctionne mieux lorsque tous ces éléments sont réunis dans des morceaux que le groupe n’aurait pas essayé de construire il y a quelques années, comme plus proche « Unreachable » avec sa construction majestueuse et désespérée vers la crise existentielle.

Comme une version deathrock de l’immortel Monolith d’Amebix, Living For Nothing balaie une partie du bruit du groupe afin d’offrir une prestation plus claire et plus ornée, et la force du matériau soutient le risque potentiel de ramollissement. New Wave Of Fear continue à faire partie de la marque de deathrock bien établie du groupe transalpin, mais Living For Nothing le surpasse de loin, ainsi que toute autre sortie du catalogue du groupe. Hautement recommandé.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :