Alec Benjamin: « These Two Windows »

Cet auteur-compositeur-interprète d’Arizona a fait sa percée musicale il y a seulement deux ans avec sa première mixtape très acclamée, Narrated For You, et il a déjà réussi à vendre deux spectacles à Londres et à faire la première partie de ‘lÉcossais Lewis Capaldi lors de sa tournée à guichets fermés au Royaume-Uni – et honnêtement, on peut voir pourquoi. Tout comme Lewis, Alec Benjamin a réussi à captiver son public grâce à son écriture émotionnelle et descriptive inspirée de ses propres expériences personnelles, ce qui fait de lui l’un des plus grands conteurs de sa génération.These Two Windows est enfin arrivé et il répond à toutes nos attentes.

Le disque met en lumière un éventail d’histoires personnelles qui vont de la perte d’un grand amour à la lutte contre les démons intérieurs, en passant par les espoirs de vie future et les souvenirs du passé avec les êtres chers, le tout grâce à l’acoustique divinement nostalgique de Benjamin et à sa voix puissamment poignante. Le titre de l’album résume parfaitement tous ces thèmes et découle de son titre « Mind Is A Prison » où il chante « Got two windows and those windows, well I call them my eyes », phrase qui résme ce qu’il a expliqué précédemment ; ces fenêtres sont sa perspective sur ce qu’il a vécu ces douze derniers mois.

L’artiste n’a manifestement pas peur d’admettre qu’il s’est battu avec son moi intérieur, car il explore ces émotions sur plusieurs morceaux comme « Oh My God », « I’m Not A Cynic » et surtout sur « Demons ». Comme « Jesus In LA » et « Alamo », « Demons » est mélodiquement plus optimiste que le reste de l’album, créant un hymne acoustique ludique où Benjamin montre sa gratitude envers un ami cher qui l’a soutenu pendant ces moments difficiles.

« The Book Of You & I » est, lui, un regard nostalgique sur les bons souvenirs du début d’une belle relation jeune, dominée par une tendre guitare acoustique et des accords de piano tristes qui ajoutent à son sentiment émotionnel. Le successeur de « Match In The Rain » suit pour dévoiler avec franchise la dure fin de cet amour qui était malheureusement impossible à sauver. « Je veux toujours te faire aimer, te faire aimer à nouveau / Même si mon intuition me dit que c’est la fin / Que dans ces conditions, essayer de ramener la flamme est comme / Allumer une allumette sous la pluie » (I still want to make you love, make you love me again / Even though my intuition tells me that it’s the end / That in these conditions tryna bring back the flame is like / Tryna light a match in the rain) .

These Two Windows est une courte et douce histoire de l’artiste talentueux qu’est Alec Benjamin et il ne pourrait pas terminer sur une note plus reconnaissante alors qu’il consacre une ode à son père avec « Just Like You » : «  Maintenant que je suis plus âgé, j’ai réalisé que mon père / faisait de son mieux / lui a dit qu’un jour j’aurais un fils ou une fille / Et quand je serai père moi aussi, j’espère que je serai comme vous » (Now that I’m older, realized my father / Was doing the best he could do / Told him one day I’ll have a son or daughter / And when I’m a father too, I hope that I am just like you). Ce paysage sonore mélodiquement mélancolique n’a besoin de rien d’autre que de douces cordes de guitare et le chant angélique d’Alec Benjamin qui, une fois de plus, parvient à transformer le désespoir en espoir durable.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.