The Moon And The Nightspirit: « Aether »

Depuis 17 ans, The Moon And The Nightspirit nous offrent une musique comme celle d’un livre de contes de fées. Le duo composé d’Ágnes Toth et de Mihály Szabo brouille les frontières entre ce monde et un autre monde magique. Ils créent la bande-son flottante d’un rêve d’été légèrement sombre avec un subtil tissu de chamanisme mystique. Avec leurs six albums à ce jour, ils n’ont pas déçu, luttant pour se hisser au sommet dans le domaine désormais presque ingérable des musiques du monde d’inspiration païenne et folk et païenne et opposant agréablement un contrepoint à la banalisation du genre.

Selon le côté d’où l’on aborde Aether, titre du septième album des Hongrois, on peut en tirer différentes significations et interprétations, voire toute une idéologie ; ainsi, Aristote (384 av. J.-C. à 322 av. J.-C.) appelle éther le cinquième élément, la quintessence, qui est le seul élément immuable en dehors des quatre autres éléments : l’eau, l’air, la terre et le feu. C’est le réel, l’essentiel, le vrai, le céleste. Dans les enseignements élémentaires de la philosophie indienne, le Vaisheshika, Aether apparaît également sous le nom d’Akasha. Dans la mythologie grecque, l’éther apparaît personnifié comme la lumière. Les Hymnes orphiques (IIe siècle après J.-C.) le louent même comme l’âme du monde et l’élément de toute vie, témoignant ainsi de l’imbrication des traditions littéraires et philosophiques.

Dans ce contexte, on peut déjà dire que le nouvel album de The Moon And The Nightspirit a quelque chose de cosmologique, si l’on veut considérer ce concept sous son aspect mystique et philosophique. Tout d’abord, cela se reflète surtout superficiellement dans les paroles. Cela n’est pas seulement représenté par la chanson titre elle-même, qui ouvre musicalement l’album en deux vers ritualisés. Le reste des chansons aussi vous emmènent sur des chemins complexes et mystérieux, tant au niveau des paroles que de la musique. Avec des mots abstraits et des mélodies mystérieusement entrelacées avec virtuosité, ils plantent de manière soigneuse et intensive des réponses à des questions que l’on ne connaissait pas encore.

Ainsi, on pourrait traduire « A Mindenség Hívása » par un appel à l’infini ou à la perfection. Le cosmos infini est décrit ici comme une pulsation dans notre âme, qui à son tour n’est que le prélude au déploiement de nos propres pouvoirs, rêves et créativité. Musicalement, la chanson a une dramaturgie unique de recherche et de contemplation. Cela se fait dans le jeu parfait des deux voix, équilibrées dans un mouvement d’avance rapide, qui devient de plus en plus convaincant sur une distance de sept minutes et demie et est finalement couronné par un riff de guitare post-rock progressif et chatoyant dans le dernier tiers. Quelle piste !

Un autre aspect de Aether, qui est exemplaire dans cette chanson, mais qui court aussi comme un fil rouge à travers tout l’album, est l’équilibre dans la présentation des caractéristiques exclusives, pour lesquelles The Moon And The Nightspirit se tiennent. La voix de fée unique et éthérée d’Ágnes Toth, qui a plus et mieux d’effet grâce à l’utilisation accrue de la voix dure et sombre de Mihály Szabo en contrepoint. Elle apparaît ainsi comme la lumière, qui ne devient clairement visible et donc guérissante qu’à travers l’obscurité. L’utilisation multiple de nombreux instruments acoustiques de toutes sortes d’époques et de pays, qui avaient parfois surchargé les chansons des albums précédents, est également bien dosée sur Aether. Les mélodies, sans doute toujours virtuoses, gracieuses et à plusieurs niveaux, semblent maintenant mieux élaborées et, outre l’utilisation d’instruments, mieux mises en scène sur le plan dramaturgique (« Égi Messzeségek » ou le discuté « A Mindenség Hívása »).

Avec Aether, The Moon And The Nightspirit ne nous ont pas seulement ouvert les cieux et élaboré la quintessence de leur travail jusqu’à présent, ils semblent également s’être rapprochés de leur source d’inspiration la plus importante : Dead Can Dance (Aether, Logos).

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.