John Zorn: « Calculus »

Calculus, c’est la mathématique du changement – qu’il s’agisse de déterminer les taux instantanés de changement ou d’accumuler des formes de tailles différentes. Il existe une analogie évidente entre le calcul et la carrière de John Zorn, car ce dernier n’a jamais pu rester longtemps au même endroit. Il existe une autre analogie encore plus évidente entre le calcul et la dernière publication du même nom de Zorn.

Comme de nombreux enregistrements récents de Zorn, Calculus met en scène d’autres musiciens jouant ses compositions, cette fois-ci un trio de piano. La section rythmique est composée de Trevor Dunn et Kenny Wollesen, collaborateurs de longue date de Zorn, respectivement à la basse et à la batterie. Brian Marsella est l’instrument principal.

Dès la première écoute, deux observations peuvent être faites. Premièrement, l’ampleur et la variété de chacun des deux morceaux de 20 minutes sont tout à fait remarquables. Marsella, Dunn et Wollesen passent avec fluidité du jazz à l’entraînement atonal, à la musique lounge et aux pauses chaotiques.

En effet, tout comme leur homonyme mathématique, ces morceaux sont axés sur le changement. Deuxièmement, Marsella est une virtuose absolue qui navigue dans les compositions épineuses de Zorn.

Bien que tout ce dynamisme puisse donner l’impression que la musique est disjointe, toute personne connaissant la production de Zorn au cours des 40 dernières années ne la trouvera pas distrayante. Ce style particulier est plutôt un bonbon pour l’oreille pour tous ceux qui ont un don pour les motifs et qui n’ont pas besoin de la répétition que la plupart des formes musicales emploient. Les auditeurs attentifs peuvent reconnaître des fragments qui sont similaires aux mélodies ou aux rythmes des autres enregistrements de Zorn.

Parmi les points forts, citons les grappes de Marsella qui jouent de manière fluide et les courses à l’envers sur des changements de temps rapides, puis le saut dans un thème complexe ou conventionnel suivi de Dunn et Wollesen. L’acoustique de Dunn a un son riche et profond, car il le joue aussi droit que possible avec le matériel de Zorn (à quelques exceptions près), tandis que Wollesen est plus exploratoire. Mais il est impossible de résumer Calculus en quelques mots – il est aussi difficile à cerner que Zorn lui-même.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.