Kyle Flanagan : « Stuck Inside »

La misère a fait son chemin jusqu’à notre porte. Une collection de souffrances humaines, d’isolement et d’inactivité, tout en regardant, impuissant, l’étouffement d’un sauveur. Bien sûr, il est bon de nous rappeler à nous-mêmes et aux autres que ces temps sombres vont passer, mais cela ne rend pas l’immédiat moins éprouvant. Cela ne fait que soulever la question et quand ?. La notion de maintenant et jusqu’à nouvel ordre est celle d’immobilité. Kyle Flanagan, greffé à New York, ne le sait que trop bien, puisqu’il vient de déménager de Richmond et qu’il a sorti sa nouvelle production, Suck Inside, par l’intermédiaire de la société Anti-Everything de Richmond. « Plus de 90 minutes dedrone dépressif », dit-il à juste titre. Un bourdonnement de faible intensité tourne et tourne encore en rond comme des vautours attendant un dernier souffle. Il se stabilise à un ronronnement – ou alors il est immuable et nos oreilles se sont adaptées, habituées. Les machinations bourdonnent, cliquent et tournoient, passant des pensées avec lesquelles nous sommes trop embourbés.

  

Un léger retard laisse présager une certaine forme de rythme, mais il n’y a pas de rythme, pas de régularité, pas au temps de la peste. Il est réfléchi jusqu’à ce qu’il soit exaspérant, jusqu’à ce qu’il soit entièrement validé et, par conséquent, apaisant. De brefs murmures cardiaques, des intermèdes indéchiffrables, interrompent le ronflement juste pour garder notre attention, pour s’assurer que nous et nos malheurs sont toujours au garde-à-vous.

La deuxième partie se vante de creux encore plus bas, s’enroulant comme les rayons d’une interminable photocopieuse au travail de bureau de merde que nous aimerions à moitié pouvoir occuper notre temps. Elle nous traverse. D’une manière ou d’une autre, nous avons voyagé jusqu’ici avec Flanagan, en regardant le canon d’une infinité d’angoisses – alors continuez à vous asseoir, continuez à regarder. Il ne serait pas juste de ne pas le faire. Les cris et hurlements ultra hauts percent l’oreille gauche, puis droite. Nous pouvons presque imaginer que la santé mentale et la bonne nature s’infiltrent en nous et se déposent sur le sol. Nous passerons la serpillière plus tard, ça ne va nulle part. Et nous non plus. Avons-nous réussi à aller jusqu’au bout ? Il est souhaitable que ce soit le cas.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.