Jeremy Ivey: « The Dream and The Dreamer »

Jeremy Ivey sort de l’ombre proverbiale pour sortir son premier LP en solo. L’idée qu’il ait suivi la carrière de sa femme s’évanouit après un premier tour de piste. Ivey s’y connaît certainement en mélodies, il écrit de superbes paroles et possède les qualités vocales nécessaires pour les mettre en valeur. À 41 ans, Ivey a une voix chaude et chaude qui vous fait du bien quand vous la pompez dans vos oreilles.

Inspirée par Dylan, Neil Young et Leonard Cohen, les neuf titres d’Ivey font l’affaire pour un après-midi dans le jardin. L’album s’ouvre avec « Diamonds Back to Coal, » une sorte d’appel aux armes sur ce que nous faisons à notre terre.

La voix d’Ivey est presque suppliante à certains moments, ce qui semble approprié à notre situation actuelle. Margo Price, qui a produit l’album, rejoint son mari pour un joli duo sur « Greyhound ». Le titre « Road Weary » donne le coup d’envoi d’une ambiance rappelent Shovels & Rope le duo folk, composé, lui aussi, d’un maret de son épouse. L’album se termine sur la jolie chanson titre, un morceau au piano qui vous ramène là où nous devons d’être, une maison où il fait bon se percher et, en même temps, se nicher.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.